logo : La relation cheval cavalier

Lettre a notre ami le cheval

La relation cheval cavalier

Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets,
pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés.


Génial (++) - Bien (+) - Pédagogie (-/+) - Bof (-) - Oups (- -)

 


Vous recherchez un bon cavalier maison voire cavalier de jeunes chevaux

Ces personnes sortent de la Formation « Cavaliers de Jeunes chevaux », 12 mois chez Pierre de France. Tous contrôlent le travail sur le plat du jeune cheval… le CSO et le CCE en Amateur 1… certains plus voire ont le BPJEPS. Des jeunes motivés et formés comme la filière a besoin :

 

-         Justine B. : 06 11 92 56 87

-         Jeanne : 06 60 08 91 26 (groom également)

-         Antoine : 06 65 68 54 91

-         Elise : 06 18 79 60 42 (BPJEPS)

-         Erwan : 06 47 16 17 96 (CSO : 1,30/1,35 commence 1,40)

-         Justine R. : 06 45 01 87 76 (anglais + BPJEPS)

-         Marina : 06 22 61 73 69 (BPJEPS)

 

2. Coup de cœur (++)

3. J.E.M... Un sport magnifique. (++)

3b. JEM, haro à l’organisation ! (----)

3c. JEM & Quantité !(-----)

3d. JEM, élevage(-/+)

3e. JEM, merci à HDC, GM, CP… (+++++)

3f. JEM, à qui profite l’affaire des 78 millions ?(-/+)

4. Flop…  Top… (-/+)

5. Photos « Août » : Observations (++)

6. A réfléchir ? (-/+)

7. Assises de la filière équine(+++++)

8. Courses & Emotions (++)

9. Elections FFE 2016 : Encadrement pédagogique, diversité et plan média (++)

10. Recommandés par LRCC (++)

11. Les “TOP” FFE (++)

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

13. Les « FLOP » FFE (--)

14. L’ « inconnu » FFE

15. Les scandales FFE (----)

16. Enseignement & Psychologie (++)

17. Hippolia Awards  (++)

18. « Comment pense un cheval ? »  (-/+)

19. « Enjeu de santé psychique »  (-/+)

20. Bel hommage au Galop français  (++)

 

2. Coup de cœur (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

A tous les techniciens des JEM, sous-traitants, chefs de pistes, hommes d’entretien, bénévoles… aucun n’a failli et pourtant la tâche était difficile devant l’improvisation totale des organisateurs*. Félicitations à tous.

* Une policière appelée en renfort y a quand même perdu la vie !

 

 

3. J.E.M... Un sport magnifique. (++)

par  Adeline Cancre  (Tout public)

 

Un sport magnifique qui a permis aux couples appliqués de tirer leur épingle du jeu face aux couples dominateurs en CSO. C’était très beau à suivre grâce en effet aux techniciens et chefs de piste remarquables. Equidia a doublé son record de Londres. France 3 a retransmis aussi certaines épreuves, c’est indispensable et semble déterminer l’ouverture des médias nationaux.

 

J’ai été surprise de la campagne menée contre la finale tournante ! En effet, le programme des chevaux est lourd et il faudrait l’alléger notamment sur ce championnat. Mais si la décision est de supprimer l’épreuve qui rend cette discipline médiatique, le CSO ne se tire t-il pas une balle dans le pied ?

En France, le programme des chevaux de haut niveau sera allégé lorsqu’il y aura plus de chevaux et de cavaliers de haut niveau, ainsi qu’un plus grand nombre de cavaliers valorisateurs de 7 ans (au contraire de la sélection de 4, 5 et 6 ans comme l’organise la SHF, paraît-il cette année sur un terrain trop sollicité).

De son côté, la FFE doit aussi intégrer que le haut niveau est l’aboutissement d’une politique fédérale bien menée à sa base qui soutient le haut niveau, au contraire de l’attribution de budgets conséquents à quelques personnes. En effet, pour avoir une nation forte et une filière dynamique, il faut que la jeunesse pousse,entre jeune dans le grand jeu  afin d’y conquérir sa place…

 

Bravo à l’Endurance et au CCE qui ont su garder la tête haute, malgré les conditions infligées par la FFE ces dernières années. Quoi dire au CSO qui n’a jamais vacillé face à une pression colossale ainsi qu’à la voltige, la seule discipline en or (heureusement car « les clubs vendent du rêve. Ses garçons sont sympathiques et dynamiques mais tout le budget fédéral est alloué à leur pôle d’entraînement à Saumur. »).
J’ai plus de mal à comprendre la réussite des belges en reining et les difficultés des français quoiqu’on ne m’ait jamais parlé de pôle de reining, mais plutôt de non soutien à l’équitation western…

 

On est très bon aussi en pony-games, l’ouverture en Grande-Bretagne vers le polo. La communication du pony-games en France devrait communiquer ce fait et l’organiser. Cela me semble difficile à réaliser aujourd’hui car la Fédération de Polo n’a pas été sensible à la politique commerciale de Serge Lecomte, mais ce serait un vecteur d’élévation sociale exemplaire : http://www.sudouest.fr/2014/09/11/a-16-ans-il-decroche-l-or-mondial-au-pony-games-1668029-2881.php

 

Si aujourd’hui, je suis  détachée du haut niveau, c’est que mon action n’y porterait aucun bénéfice (quoique je m’en veuille de ne pas avoir été aux Assises de la filière équine) et qu’en plus, comme je l’écrivais avant les JEM, les conditions semblent avoir été ajustées début 2013. Par ailleurs, Sophie Dubourg semble prendre à coeur son rôle de DTN :


Quoique :

- A découvrir cette vidéo, ce ton, peut être du à une alcoolémie avancée, me semble peu adapté à la situation lorsqu’un jeune, plein de ressources et d’avenir joue sa réputation et la France, sa disqualification aux Jeux Olympiques : http://www.cavadeos.com/JEUX-Normandie-2014/Affaire-Livio-Sophie-Dubourg-C-est-un-gros-choc!


- Cf. point 3f. « JEM, merci à HDC, GM, CP, Alltech et Ouest-France. »

 

D’autre part, il ne faut pas se voiler la face, voici un tableau relevé dans L’équipe :

 

Si parfois, on se demande pourquoi les médias français ont du mal à transmettre les résultats de la filière, voilà peut être un début d’explication, on n’est pas si fort que cela.

Par contre, ce qui est fort est d’arriver à ces résultats avec les moyens mis en place par les institutions ! J’ai relevé deux phrases d’une interview d’Anne Sinclair au sujet des politiques :  « A quelques exceptions, je les ai déjà tous interviewés. Cela souligne à quel point la classe politique française s’est peu renouvelée. Il faut peut être y voir l’une des explications au blocage de notre société. » 

 

Cette photo parle d’elle-même :

 

 

3b. JEM, haro à l’organisation ! (----)

par  Adeline Cancre  (Tout public)
 

Zéro pointé aux organisateurs qui ont fait preuve de conditions d’accueil déplorables. A ce point, il sera difficile de proposer pire et à ce jeu, la Normandie et la France ont encore perdu l’occasion de déclencher un élan commercial vers la filière du Cheval de Sport.

 

Si on a suffisamment entendu parler des embouteillages, comment ose t’on présenter des blocs de 2 à 4 WC pour une foule de 2 à 3000 personnes (à la turque au stade d’Ornano) ? Alors que les personnes étaient présentes pour participer à une grande fête, il leur était déjà impossible de se restaurer à moins de faire une queue de 100 m ! 

 

Le village équestre était fermé le lundi, trop peu de traduction était prévu en anglais au stade d’Ornano : « Imaginez-vous ne rien pouvoir comprendre pendant plusieurs heures d’affilée ! ». Les buvettes fermées entre les épreuves


Les bénévoles et les grooms étaient logés dans des conditions inacceptables en France :

 

Voici l’écho des JEM dans la presse britannique : http://planetecso.com/2014/09/11/lorganisation-des-jeux-equestres-mondiaux-etrillee-par-la-presse-anglo-saxonne/

 

http://www.monchevalmedit.com/2014/09/jeux-equestres-mondiaux-mes-impressions.html?spref=fb

 

Bilan des JEM par Serge Lecomte : « Montrer notre savoir-faire à l’organisation de grands événements qui crédibilise notre filière cheval…» : http://dai.ly/x25r0ci

 

Aux ventes Brullemail, alors cette fois-ci, quelle magnifique organisation et leçon de savoir vivre. Tout est dit, les privés subissent une nouvelle fois la désinvolture des institutions (qui savent taire leur médiocrité : « Rien ne transparaît à l’échelle nationale. »), mais le mal est fait et cette fois-ci aux yeux du monde entier. Sauf l’UNIC qui joue toujours son rôle de bon entremetteur rappelait Bernard Lecourtois.

 

En plus des superbes confrontations, je garderai en mémoire le trop grand nombre de chevaux accidentés dans les 15 jours précédent l’événement, ce n’est pas normal. Ce serait une mauvaise excuse de dire qu’il en est de même pour le monde entier. Il faudrait y remédier, mais ce sera l’étape la plus longue à dépasser car avant de préparer en nombre un marché de chevaux de haut niveau, c’est toute la filière du jeune cheval de Sport qu’il faudrait revaloriser. C’est plus compliqué que revaloriser l’enseignement et surtout une conséquence de la valorisation des hommes. Cela dépend d’un tutorat sélectif, façon compagnonnage, on est loin du compte car le biais de l’exemple de la formation BPJEPS semble choisi. Quand on voit où il a mené, on peut s’attendre à l’effet contraire souhaité ! Il existe aussi de belles initiatives individuelles qui offrent deux tuteurs dans leur établissement. C’est d’ailleurs, une opportunité pour valoriser et de commercialiser des chevaux d’élevage à un coût très intéressant : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formation_cavalier

 

La communication du pont de Trouville – Deauville des JEM était la bonne, les Pays-Bas sortent les grands gagnants des 10 jours de compétition. Quand les victoires se tiennent de si peu, il est primordial d’optimiser la communication, car des erreurs de ce type jouent leur rôle (cf. mécanique quantique). Comme dans les courses au Galop, les sports équestres ont encore des progrès à faire en communication, et pour y arriver il faudrait déjà que les responsables des institutions sachent se mettre à la place des passionnés :

 

 

 

3c. JEM & Quantité ! (-----)

par Adeline Cancre  (Tout public)
 

 

L’organisation des JEM ont fait des gorges chaudes des 200 000 visiteurs du village, ce qui aurait été un bel objectif si les moyens d’y parvenir avaient été honnêtement menés. En effet, il faut savoir que les JEM ont organisé 4 concerts gratuits, mais qui obligeaient de payer l’entrée de 5 euros au village à 21 h. Un nombreux public s’est fait manipuler aux frais de l’équitation… On reconnaît bien là la signature d’un relevé quantitatif de nos institutions, mais à l’opposé de ce que la filière équine avait besoin, démontrer un savoir être de qualité, la bienvenue en Normandie.

 

Comme souvent sur le fond l’idée est excellente, mais la forme est contre-productive. Personnellement, j’aurai en effet rendu l’événement gratuit, mais avec le ticket, les premiers arrivés auraient pu se rendre gratuitement au village et même entrer gratuitement aux évènements si le stade le permettait…

 

Au sujet des commerçants du village :

"C'était une ville militaire avec sur 1 km des tentes blanches sans avoir le droit d'identifier son commerce : 25 m2  pour 11 000 HT, un restaurant pour 18 000 HT n'a pas servi un couvert les tables en terrasse lui ont été refusées... On parle jamais au bon responsable, comme on possède jamais le bon badge... Des sociétés vont déposer le bilan..."

 

Autre malfaçon institutionnelle : « Sans parler de la vente de billets "Pass Sensation" qui permettaient d'assister à plusieurs épreuves mais qui en réalité se déroulaient en même temps sur 2 sites différents... »

 

 

 

3d. JEM, élevage(-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Il y a des articles qui font chaud au cœur :

 

Cette famille est remarquable, quel éleveur ce Yves, quel chef de famille et enseignante cette Elisabeth, et bien sûr leurs fils sont à leur image.

Je crois que j’étais adolescente lorsque le cavalier des poulains chez Fernand Leredde était Yves Berlioz, depuis il a toujours été le même. Encore dernièrement, il me tirait par la manche sur l’hippodrome de Deauville-La Touques, il venait de déposer un pur-sang chez Yann Barberot.


C’est d’ailleurs chez eux, à l’occasion de mon 1er tour de France des centres équestres, que le magazine Grand-Prix m’apprenait ne pas être intéressé par mon 1er reporting sur  « 6 mois d’expertise en immersion terrain » car ce que j'écrivais sur « l’élevage ne correspondait pas aux valeurs partagées de leurs intervenants en charge de l’élevage » !

 

Autre cheval français, Orient Express, élevé par le Haras de La Gisloterie, aussi de longue date éleveur de pur-sangs. Patrice Boureau, un homme discret et méticuleux : http://www.cavadeos.com/elevage/Elevage-et-etalons/Patrice-Boureau-Ca-me-stresse-trop-de-voir-Orient-en-concours

 

Dans un autre contexte, lors de ma seconde visite chez Bernard Lecourtois, j’avais remarqué dans un lot de 18 mois, un Baloubet qui marchait avec force et souplesse, j’avais demandé son nom pour le suivre : « Baloubar ». En effet, c’était plus mon intuition qui parlait que mon expérience des poulains et dans ce cas, il faut toujours penser à la vérifier pour ajuster ses repères… C’était dernièrement le meilleur 3 ans à la vente de Deauville (certainement tardif comme tous les bons chevaux). Bernard Lecourtois est aussi un éleveur de pur-sang.

 

Je veux dire par là qu’aucun d’eux n’a jamais utilisé le BLUP et que les magazines qui vont maintenant transcrire le talent de ces éleveurs ont  promu précédemment l’inverse du résultat qu’ils prônent aujourd’hui ! J’insiste car ce BLUP et autres statistiques réducteurs ont participé aussi à écraser la transmission de la culture équestre en France…

Contre vent et marées, Bernard Lecourtois a dernièrement tenté de le supprimer lors de son bref passage à la présidence du stud-book S.F.. Ô drame, mais quel drame ? Les plus beaux exemples sont ces 3 éleveurs de champions et bien d’autres. Tous se tournent maintenant vers le pur-sang dont leurs étalonniers se réjouissent car « ce sont de supers éleveurs »…

Bloquer les meilleurs n’a jamais rendu les autres meilleurs, mais les font se détourner de leur passion originelle !

 

Voici ce que je disais en juillet 2012 :

« Dans les années 80, j’ai déjà vu de nombreux petits éleveurs du monde paysan progressivement mourir sous les problèmes de valorisation,  de commercialisation et du lancement du BLUP. A l’aube de mes 18 ans, j’ai aussi entendu quelques éleveurs décrier le système pervers du BLUP*, éloignant de la culture du Cheval, le Cheval de Sport étant résumé par des indices plutôt que sur des qualités réelles… ils n’ont pas eu gain de cause ! Bien évidemment car les institutions font la promotion de leurs idées, et ont encouragé les nouveaux et nombreux éleveurs citadins à découvrir la filière dans ce sens, associant toutes les nouvelles opportunités scientifiques dont l’insémination artificielle faisait partie… Trop de changement tue le changement !
*
Au sujet du BLUP, il serait intéressant de se tourner vers le stud-book du PS pour connaître, à l’époque, les raisons de son refus direct  d’y adhérer ? Quant à celui du Trotteur Français, il serait tout aussi intéressant de connaître les raisons de l’interruption de l’essai au bout de quelques mois ? Interroger aussi les meilleurs éleveurs du Cheval de Sport, ayant produit des gagnants en CSIO, sur l’intérêt des indices dans l’établissement de leurs croisements, permettrait aussi de voir la pertinence de l’innovation des années 80 ?

 

Au cours de ces six derniers mois, à chaque fois que j’ai échangé avec un éleveur (sauf exception…), il m’a dit réduire de 50 % son nombre de mères à mettre à la saillie en 2013, voire qu’il ferait une année sans. 2013 annonce d'une manière certaine une perte d’éleveurs intermédiaires, ceux qui construisent la diversité de la filière professionnelle, certains d’entre eux ne reformeront jamais les rangs, épuisés par les mauvais choix institutionnels. Il faut ajouter que ces éleveurs « abandonnistes » sont des Hommes de chevaux dont les juments avaient été sélectionnées. Le temps semble donc venu de choisir entre démagogie et efficacité.

 

1990 / 2013 : la filière a tourné en rond. Les petits éleveurs, qui ont réussi à résister aux turpitudes diverses et qui ont fait marcher le système, ne veulent plus investir à fond perdu pour valoriser leurs jeunes chevaux car ils ne sont pas vendus au prix de l’investissement, et cela depuis plusieurs années, la hausse de la TVA étant la cerise sur le gâteau ! En fait depuis 30 ans, les dés ont été pipés et le jeu truqué pour la majorité. En conclusion, l’éleveur amateur éclairé d'aujourd'hui me semble bien maltraité, une situation renvoyant à la détérioration globale de la filière.

 

Eloigner les « nouveaux » éleveurs de la culture du Cheval fait croire que chaque passionné pourrait élever des champions du monde, en manipulant des chiffres ou d’une certainemanière, faire de l’argent en vivant sa passion… C’est vrai que le milieu du Cheval peut le permettre, si tous les paramètres se superposent, à la différence de tous les autres sports. Mais pour cela, il faut être hautement formé, expérimenté, qualifié, cumuler les paramètres « chance », savoir interpréter les échecs comme les victoires… être entouré d’une équipe vertueuse et savoir la reconnaître.

 

A terme, il existe une large confusion actuellement entre formation, exploitation et sélection, de la même manière qu’entre cheval de loisirs, de sport amateur ou d’avenir professionnel et celui qui formera réellement l’Elite. La communication arrive même aujourd’hui à assimiler le cavalier de club à l’élite… La culture du Cheval a été accommodée d’émotions diverses et variées, infiltrée du manquement des formations professionnelles et du Plan de Formation FFE du Cavalier, mais les marchés ne tiennent pas compte de ces « détails », ils se créent ou s’effondrent ! Lorsque toutes les lignes descendent face à une clientèle tout aussi néophyte que convaincue et passionnée, il devient difficile d’envisager un solde positif. L’espoir, la volonté, le marketing, la démagogie semblent montrer leurs limites interactives.

 

Retrouver ce passage « 4. Compétition – Valorisation – Commerce » en page 7 sur ce PDF : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/6mois.pdf

 

 

 

3e. JEM, merci à HDC, GM, CP… (+++++)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Qui mérite de véritables félicitations pour ces JEM ?

- Félicitations au Haras Des Coudrettes qui voit leurs investissements consacrés. C’est une première étape que certains ont eu la chance de vivre et c’est merveilleux à suivre.

Cependant, on peut se demander de quoi aurait été composé l’équipe de France en CSO si deux investisseurs normands n’avaient pas pris le sort de cette équipe entre leurs mains à la suite de la perte de leurs chevaux leader accidentés ! En cela, les politiques institutionnelles de la FFE, de la SHF et du stud-book SF sont à distinguer de la médaille des nuls. D’ailleurs, Patrice Delaveau se rappelle son avant 2011 (malheureusement c’est toujours le sort de la filière) :


- Félicitations donc aussi à Geneviève Mégret qui sponsorise Pénélope Leprévost.

- Donc, félicitations aussi à Christian Paillot et son rôle joué à la naissance de cette nouvelle émulsion. Débarqué par Serge Lecomte ? Qu’il me semble bien n’avoir jamais été remplacé ?

Ce poste est INDISPENSABLE pour le haut niveau.
 

- Félicitations bien sûr à Alltech, un homme sans nul doute passionné de sport et de cheval 

 

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/jeux-equestres-mondiaux-enjeu-economique-pour-partenaire-alltech-06-05-2014-143911

 

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/jeux-equestres-mondiaux-alltech-pearse-lyons-fait-course-tete-26-08-2014-156607

 

- Félicitations à Ouest-France qui a relaté parfaitement l’ambiance des JEM pour transmettre l’information.
 

Que démontre également ces JEM sportivement parlant ?
Qu’un événement en annonce un autre, Caen, Calgary, Lausanne pour le CSO. Si l’important est toujours de participer, il ne faut plus se leurrer un titre perdu , c’est 5, 10 opportunités pour l’oublier. Les médailles calment très brièvement l’angoisse, mais surtout pour ceux qui les ont autour du cou !

 

 

 

3f. JEM, à qui profite l’affaire des 78 millions ? (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

 

Informations extraites du Spécial JEM de L'Eperon

A qui profite l'affaire ?

La question ne vient pas de moi, mais est venue à l’occasion de deux échanges et il est vrai que la question mérite d’être posée. Rappelons qu'aux 570 000 entrées, il faille soustraire les entrées payantes aux concerts gratuits

 


- Pourquoi les JEM ont ouvert à guichet fermé alors que pendant une semaine un tiers du magnifique stade d’Ornano était vide ? Pourquoi des places étaient encore mises en vente le dimanche ?
 

- Pourquoi une entrée unique au stade d’Ornano, des lecteurs de codes barres qui ne fonctionnent pas ou en quantité limitée avec un budget de 78 millions d’euros ?

- Pourquoi avoir fait 50 000 insatisfaits au Haras du Pin avec un service accueil moindre à un événement régional, de réputation déjà insuffisante (c’est à dire sans restaurant et sans possibilité de regagner sa voiture) ? Record d’accès remonté à mes oreilles : 5 h ! En fait, tout le monde s’est fait prendre au piège sauf les habitués normands !!!!
Si les sud-africains ont acheté trois des cinq top price des ventes Arqana en août dernier pour la somme de 3,5 millions d’euros en buvant de la piquette au bar, les sud-africains voulant gagner Le Pin ont préféré reprendre l’avion sans voir l’évènement ! Fait raconté par des passionnés venus de Montpellier qui avaient besoin de soulager leur désespoir après m’avoir entendu parler de l’association La relation cheval cavalier avec un restaurateur : « Pour parler cheval, nous venons des JEM… ».

Imaginons ces sud- africains se rencontrer chez eux et parler de la France…
 

Lire après que l’organisation souhaite des retombées sur la France entière ou mieux. J'ai oublié de scanner l'article resté en Normandie !

 

Jouons la rationalisation française pour toujours mieux reculer :

 

4. Flop…  Top… (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

FLOP
J’ai entendu beaucoup d’anciens cavaliers de haut niveau, spectateurs, commentateurs, politiques revendiqués des JEM extraordinaires. Pour le sport, sans aucun doute, mais pour l’organisation : « Le record de La Haye est battu » !

 

J’ai même relevé sur France 3 : «  C’est super, on gagne des médailles, on a plein de licenciés et de bons chevaux ». Quand on entend cela et que l’on voit ce que j’observe au quotidien, je me suis demandée si je ne perdais pas la boule à l’aube de partir pour un 3ème tour de France !

 

Ces personnes bernent leur filière et renforcent le décor pour que les choses ne changent jamais. Beaucoup de personnes me disent avoir beaucoup de courage, je n’en étais pas si sûre, mais à ce moment face à cette amie, j’en suis maintenant persuadée.

 

 

 

TOP

J’ai passé une très agréable matinée au Brévedent (14) avec  les 6 élèves BPJEPS de la cession 2014-2015 et Cathy Sautet (BEES 2). De  corrects cavaliers, communicatifs et souriants dont le point commun est de manquer d’équilibre sur leurs pieds et de vouloir y remédier. Les raisons sont différentes, mais le point est commun. Cathy Sautet soulevait également que les comportements en théorie était les mêmes qu’à cheval, en effet, la théorie (en mémoire) précède l’action. Le groupe est idéalement mixte entre hommes et femmes puis, entre formation sur une année ou deux : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Detail_centres_equestres&Pop=1&ctreq=466

 

 

 

 

 

 

TOP TOP 

L’importance de la qualité du tutorat 

JDG : « L’ÉQUIPE DE FRANCE REMET SON TROPHÉE EN JEU DANS LA COURSE EUROPÉENNE DE L’E.A.R.S.

Dans le cadre de la 12e édition de la course européenne des apprentis, la France remettra en jeu le trophée de l’E.A.R.S. (European Association of Racing Schools) de 2014, après trois victoires consécutives. Cette course annuelle se déroulera à l’hippodrome d’Hanovre, Allemagne, le dimanche 21 septembre. L’École des Courses Hippiques A.F.A.S.E.C. participera avec deux représentants : Audrey Dias de l’École des Courses Hippiques de Mont-de-Marsan (40) employée chez Charles Gourdain, et Lukas Delozier de l’École des Courses Hippiques de Gouvieux (60), employé chez Yann Barberot.

Chaque année, cet événement est attendu par les pays membres de l’Association (Allemagne, Angleterre, France, Irlande, Italie). Il permet à de jeunes apprentis de leurs écoles de découvrir les pratiques professionnelles d’un pays étranger, et de saisir l’opportunité de courir sur les plus

grands hippodromes d’Europe. »

 

 

TOP TOP TOP

Show A.Q.P.S. de l’ouest 2014, une réussite internationale

JDG : « Au Show 2014, vous avez pu voir ce que nos éleveurs ont proposé de mieux… » Yann Poirier, président de l’Association des A.Q.P.S. de l’Ouest a mis en avant la qualité des produits proposés. Une qualité qui séduit de plus en plus les investisseurs étrangers.

En effet, dans les allées de l’hippodrome du Lion d’Angers, on parlait plus anglais que français. De nombreux propriétaires et courtiers britanniques avaient fait le déplacement. Et il n’y avait qu’à regarder le pré-ring pour le constater. Mais si auparavant, ils venaient acheter les chevauxpour les ramener chez eux, la donne a désormais changé. Plusieurs courtiers nous ont ainsi expliqué que leurs clients seraient intéressés par l’idée de laisser leurs chevaux à l’entraînement en France, pendant une ou deux années, avant qu’ils ne traversent la Manche. »

 

 

FLOP FLOP FLOP

Les raisons d’une France qui recule, les tribunaux régulièrement manquent de courage. Les plus petits doivent lutter contre les plus gros plutôt que de consacrer ce temps à leur développement.
Laissez passer la pub car les faits sont incroyables : http://pluzz.francetv.fr/videos/pieces_a_conviction_,109521998.html

 


TOP

 

 : Aline Beaulieux au Centre Equestre du Dunois à Chateaudun (28) utilise un micro portatif (90/100 euros) pour ménager sa voix. A ce prix, chaque femme devrait utiliser cette aide pour éviter de gagner les aigus...

 

 

http://www.goyona.com/

 

TOP TOP

Quel plaisir de visiter quelques établissements de l'Eure et Loir, aucun doute les disciplines du hunter et du CCE font des cavaliers. Merci à Serge Enout, à Jean-Louis Collot et à Philippe Collin (que j'aurais plaisir à rencontrer) pour leur contribution à notre sport.
Je tiens aussi à souligner le travail réalisé par Nathalie Carrière et son équipe à Chartres pour sa formation BPJEPS. Elle essaie de tenir une ligne pédagogique, et dans les temps qui courent, cela reste le meilleur moyen d'y parvenir. Il paraît que certains jeunes rechignent (ceux qui n'ont pas eu la chance d'apprendre à aapprendre), je préfère aux enfants maltraîtés...

Tous les établissements auraient mérité d'être visités, mais la France est grande et je dois dépasser les montagnes avant la neige. Ce sera un plaisir de poursuivre : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

Dans le Loiret, autour d’Orléans, j’ai observé aussi une excellente pédagogie et du beaucoup moins bien.

 

Une superbe structure familiale à Lyé la Forêt m’a permis d’identifier la problématique originelle. A l’occasion des premières leçons, les meilleurs clubs prêtent attention à placer correctement les rênes dans les mains des enfants, sur des bras souples (rênes ajustées : pour les moins sportifs, placer une pince à linge comme repère visuel sur la crinière des poneys  aide à remédier aux bras dans le corps avec amusement) en expliquant le rôle DETERMINANT du placement du flot de rênes (entre l’encolure et la rêne).

L’animation au pas, pendant deux années, ne me gène pas si les parents sont satisfait d’observer leurs enfants bailler aux corneilles, quoique que je sois sûre que 80 % de ces enfants et de ces « animateurs » abandonnent. En effet, les enseignants se lassent forcement d’observer de telles images à poney. Pourtant, c’est vraiment simple d’obtenir le placement idéal des mains sur les rênes justement au pas. Par contre, il faut repousser l’animation au 3ème cours.

 

Les clubs « pas terrible » ou les enfants « pas terrible » montre TOUS ce point en commun, le flot de rênes qui part en arrière. A tel point qu’à certains endroits, on pourrait oublier la tenue correcte des rênes, ce qui m’a fait dire à Flavie Sibuet à Lyé (45) : « Félicitations, car les rênes de l’ensemble de vos élèves sont magnifiquement tenues malgré les différents niveaux et de ce fait, ils montrent tous un équilibre sur leur pied. »

 

Pourquoi est-ce si important de tenir correctement ses rênes ? car elle positionne la tenue des jambes et l’équilibre du cavalier à cheval. Grâce à cette unique condition, les cours peuvent recevoir n’importe quel niveau d’élèves qui progresseront à leur vitesse. C’est très intéressant pour l’enseignant qui appréciera son métier et le poursuivra. La tenue des rênes est aussi importante que la tenue des étriers.

 

Pour ces raisons interdépendantes de satisfaction, les enfants confiés en centre équestre doivent recevoir un minimum d’explications techniques. C’est d’ailleurs, le premier pas pour apprendre à apprendre, ainsi leurs éviter de bailler aux corneilles et de se faire reprendre tout aussi maladroitement car ils manquent d’attention…

 

QUESTION ?

Quel est le montant de la prime perçue par un couple classé 4ème d'un CCI *** ?

 

5. Photos « Août » : Observations (++)

parAdeline Cancre  (Tout public)

 

On sent un cheval non tendu, collé aux talons (le cheval dort). La jambe de la cavalière n’est pas au contact et on observe une légère asymétrie de ses bras (à l’occasion d’une diagonale).

 

Cette cavalière a le niveau pour monter avec un stick de dressage. En premier lieu, le cheval doit se propulser dans un couloir symétrique où le petit doigt est placé véritablement à l’extérieur de la rêne, les poignets maintenus, les pouces face aux oreilles. Le cheval doit se porter en avant, les cuisses sont portées à plat, les pieds tenus parallèles.

 

 


Les postures du bras, de la main et de la rêne extérieure sont bonnes, ce qui est très rare. Je préfère le petit doigt à l’extérieur qui donne plus de souplesse et de marge à l’ajustement de « contact » et surtout participerait à la tenue du stick.

 

La rêne intérieure est trop longue et la cavalière prend sur l’impulsion en pliant son coude et en tournant sa main. J’ai entendu dernièrement Nicolas Martin (14) dire : « On tient une rêne comme on tient un verre », c’est totalement vrai et c’est une explication simple. Je ne la connaissais pas. Ce sera un des rôles du réseau des sages, relever toutes les astuces qui ne refont pas le monde équestre, mais qui le simplifie.

 

La problématique des jambes en ligne droite est exagérée en courbe, c’est normal. Le cheval n’articule pas correctement sa ligne de dessus car à la base, il ne se propulse pas, il n’est pas en avant « au contact des jambes » dans le couloir des rênes.

 

C’est en ligne droite qu’on rend facilement un cavalier symétrique quoiqu’on soit peu à le penser, mais l’essentiel est de pouvoir le démontrer. La recherche de tension sur les « petites diagonales » est en effet une étape constructive. Cette cavalière devrait monter ce cheval avec un stick et poser un couloir des aides symétriques.

 

Je suis désolée la photo est floue ! Toutes les rênes de débutants devraient être des rênes de pony-games. L’idée m’était venue en suivant un cours de PG autour de Lyon.

Qu’on ne s’y trompe pas, cette photo a été prise chez une des grandes dames de la belle équitation-animation à poney, Sophie Normand. C’est cette équitation et un harnachement simple et confortable qu’il faudrait démocratiser.

 

 

Autant de bonnes maisons dévouées au groupe d’enfants débutants, autant de manières de promener en main ici une superbe mule. Les longes restent à l’attache, c’est une bonne idée, car à pied, la main est déjà au contact, les bras sont déployés… Cela se passe sur l’île de Ré dans un établissement spécialisé aux jeunes débutants au Poney-Club des Gouillauds.

 

 

 

 

6. A réfléchir ? (-/+) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Voici de nouvelles photos à critiquer... Mes observations seront présentées dans la prochaine lettre d’information.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aide pédagogique : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Aide_pedagogique

 

 

A installer chez le débutant à l’occasion des 1ers cours, le contrôle des fondamentaux qui feront toujours la différence en dynamique :

- 2 à 3 cours particuliers (1/2 h) : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1#livre3

- 6 cours collectifs (1 h) : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Ensemble/Ecole_du_debutant_gratuit

 

 

Pour le cavalier en recherche de perfectionnement dans l’intention de situer l’origine des problématiques : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1

 

 

 

 

7. Assises de la filière équine(+++++)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Les premières « Assises de la filière équine » avaient lieu  en parallèle des JEM. J’ai failli m’y rendre et puis, je me suis dit que ce n’était pas encore ma place.

Quel plaisir de lire que le milieu des Courses a l’ambition de fédérer la filière cheval…

Alors qu’on m’a confirmé la nouvelle et prochaine candidature de Serge Lecomteaux prochaines élections fédérales, il a préféré être absent, ça me laisse sans voix. Nouveau très bon article de Ouest-France :

 

Le Trot & Le Haras du Pin : Le trot plus innovant que jamais, félicitations à ce milieu dynamique.

 

 

 

 

 

 

8. Courses & Emotions (++)

par Youtube – Equidia  (Tout public)

 

Le Prix de l’Arc de Triomphe 2014 va être magnifique : http://www.prixarcdetriomphe.com/

 

Les dernières et magnifiques préparatoires françaises de l’Arc de Triomphe :

- Ouah Ectot et Grégory Benoist (2400 m) : http://youtu.be/yqUw2HuUNac

Quel cheval va monter G. Benoist ? http://youtu.be/p0DRZy57AUs

Ouah Avenir certain : http://youtu.be/RQcR7O-0taQ

Son jockey Gregory Benoist : http://youtu.be/pjL2FzVod_I

 

- Les filles dans le Prix Vermeille (2400 m) : http://youtu.be/wAyMvXGKTzw

 

- Ruler on the World, gagnant du Derby d’Epsom 2013 et du Prix Foy (2400 m) : http://youtu.be/O3Y2Akq51QE
Lanfranco Dettori : http://youtu.be/W_NTHWuBQd8

 

LES JAPONAIS ARRIVENT ARMES JUSQU’AUX DENTS :

 

- GOLD SHIP

Stay Gold & Point Flag, par Mejiro

Pr/El : Eiichi Kobayashi

Entr. : Naosuke Sugai

Jockey : Norihiro Yokoyama

20 courses, 11 victoires (de 1.800 à 3.000m)

Meilleur 3ans japonais en 2012

 

Liens vidéos :

Takarazuka Kinen 2014 :

https://www.youtube.com/watch?v=vlZm7vrhEPU

Takarazuka Kinen 2013 :

https://www.youtube.com/watch?v=ABBvmcfTTOs

 

- HARP STAR

Deep Impact & Historic Star, par Falbrav

Pr. : Carrot Farm

El. : Northern Farm

Entr. : Hiroyoshi Matsuda (entraîneur de Buena Vista)

Jockey : Yuga Kawada

7 courses, 5 victoires (de 1.400 à 2.000m)

 

Liens vidéos :

Oka Sho :

https://www.youtube.com/watch?v=h7T8PrCgsdI

Yushun Himba :

https://www.youtube.com/watch?v=2uYQxIRTc-I

Sapporo Kinen :

https://www.youtube.com/watch?v=A2i2alQpU64

 

 

- JUST A WAY

Heart’s Cry & Sibyl, par Wild Again

Pr. : Akatsuki Yamatoya

El. : Shadai Corporation Inc

Entr. : Naosuke Sugai

Jockey : Yuichi Fukunaga

19 courses, 6 victoires (de 1.600 à 2.000m)

Liens vidéos :

Dubai Duty Free

https://www.youtube.com/watch?v=yGQeYYrKccA

Yasuda Kinen :

https://www.youtube.com/watch?v=UH_xVD8QCuU

 

Autres Groupes:

- Le Moulin de Lonchamp (1600 m) encore pour Charm Spirit et Thierry Jarnet : http://youtu.be/59aShGvZ_cs
Son entraîneur, Freddy Head : http://youtu.be/h0WxLWgah8U

 

- Le Gladiateur (3100 m) en direction du Cadran (4000 m) : http://youtu.be/FdeBqmGS55s

 

 

 

 

9. Elections FFE 2016 : Encadrement pédagogique, diversité et plan média (++)

par Adeline Cancre (Professionnels… Tout public)

 

Chacun de mes tours de France doit maintenant tendre la corde de l’arc ! Le 3ème respectera cette philosophie constructive avec cette fois-ci un objectif en vue, structurer cette filière de manière à la rendre commerçante et viable économiquement parlant en créant une hiérarchie et une diversité autour d’offres commerciales précisées.

 

Le retour de l’encadrement pédagogique dans notre grand pays est indispensable. Cette « ordre de mission » précise sa philosophie et ses rôles (dont ceux primordiaux de structurer et de fédérer le terrain) pour l’intérêt de tous les passionnés, particuliers et pros. La sérénité des établissements équestres en dépend :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Encadrement_Peda_Sages_FFE

 

J’ai tenu à rendre publique cette mission, car un travail constructif oblige à anticiper pour construire un éventuel 4ème tour de France. Valider ses idées nécessite la rencontre et la contribution d’un maximum de professionnels. Par ailleurs, la filière n’a plus le temps d’attendre et je ne vais pas vivre en camping-car toute ma vie (4 + 4? = 8 années maximum. Elles seront suffisantes grâce à ce travail d’anticipation) !

 

Pourquoi répertorier les offres de services des centres équestres ? Pourquoi créer un plan média d’après ces offres de service ? Pour éviter à d’entreprenantes personnes une démarche impossible : promouvoir une ambition régionale sur des statistiques nationales qui crée la situation de crise en argumentant les biens fondés de la diversité sans que le terrain puisse véritablement l’organiser : http://youtu.be/ioE64BOxh_4

Combien de fois C. R. déglutit ? botte en touche ? évite le regard en baissant les yeux à gauche ? A chaque question.
Pourquoi ? Car le message est incohérent et tente de défendre deux positions paradoxales. Elle parle de + de 30 % de développement et le terrain montre un effet de crise sur lequel rebondit le journaliste. Le longeur parle des bienfaits de la voltige aux débutants et présente des cavaliers expérimentés ; l’interviewée qui « navigue » est une Galop 6. On parle de modestes cavaliers qui ne tombent pas au tir à l’arc et on présente des cavaliers parfaitement équilibrés aux chevaux propulsés…

 

Ce genre de communication est manipulateur car ce qui est montré sur cette vidéo, est difficilement contrôlable sur une journée et demi où les élèves  arrivent en masse…

Evidemment que je suis pour la voltige aux débutants et la diversité mais justement aujourd’hui quel pourcentage des 8500 clubs sont capables de l’organiser en cours collectif ?  Si un jour, cela devient une alternative*, c’est simplement parce que la FFE aura réalisé ce travail de fond que présente ce lien. Par ailleurs, pour éviter toute contre-publicité, avant tout  référencement de « Qui fait quoi » et « Comment », les centres équestres doivent être  encadrés  grâce à une approche professionnelle...

 

 

NOVEMBRE : 12 ans.
DECEMBRE : Des licences de compétition AM – PRO aux 4 Divisions.

 

L’indispensable Réseau des Sages expliqué par les 4 règles de la sociocratie : http://www.questions-de-management.com/sociocratie-les-nuls/

 

 

 

 

10. Recommandés par LRCC (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 

Stages recommandés LRCC (avec cheval et exceptionnellement sans)

Choisissez un référent de qualité et rencontrez-le régulièrement :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Intervenants/intervenants

 

 

Stages recommandés LRCC (sans cheval)

AC : Voici une sélection d’établissements équestres où j’ai observé l’enseignement :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

Rappelez-vous toujours que de tenir à cheval est (très… trop) facile, mais que la pratique de

l’équitation est une démarche d’écoute, d’ajustements de position et de répétitions JUSTES

(comme dans toute démarche d’apprentissage) à organiser auprès de personnes compétentes. Ce sont les raisons pour lesquelles il est important de choisir un centre équestre ou/et ses enseignants, en considérant une somme de critères, qui vous feront progresser grâce aux préliminaires de contrôle d’une position neutre (la condition obligatoire pour découvrir la véritable indépendance des aides). Leurs explications et les exercices seront simples (ce qui permet de comprendre le cheminement), structurants et adaptés à votre niveau. Mais les répétitions pour l’ajustement de LA position sont déterminantes comme valeur pédagogique de progression et de satisfaction. Cela pourrait sembler une perte de temps, mais elle est INCONTOURNABLE…

 

 

Formations et formateurs BPJEPS recommandées LRCC

Le tuteur fait l’enseignant :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formationBPJEP_recommandee

 

Formations « Cavaliers pros »  recommandées LRCC

www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formation_cavalier

 

 

Chevaux et poneys à vendre

C’est l’Homme qui fait le Cheval donc, si vous cherchez un cheval ou un poney à acheter, il semble profitable de contacter directement les valorisateurs de chevaux et poneys recommandés par LRCC. Ces hommes et femmes sont sympas, pas forcement de véritables commerçants, mais des travailleurs qui savent de quoi ils parlent, c’est l’essentiel lorsque l’on souhaite investir : http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Cavaliers_Jeunes_Chevaux

 

 

 

11. Les “TOP” FFE (++)

par FFE (Tout public)

 

- JUILLET 2014
A la suite des meetings de Lamotte-Beuvron qui ont eu lieu ce mois de juillet, un article a officialisé le changement des barèmes pour 2015. La FFE n’aurait pas pu faire un plus joli cadeau à ses licenciés pour fêter le 20ème anniversaire du Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron. Certains professionnels, les plus expérimentés, l’attendaient depuis 19 ans et la majorité a obtenu gain de cause. Bravo à tous, vous avez été entendus.

 

 

- JUIN 2014
 

- « Année 2014
L’enjeu de l’année en cours est la définition d’un nouveau contrat d’objectif, qui devra préciser les missions clés de l’ifce, en tant qu’institut technique, définir sa dimension territoriale et refonder un équilibre économique de l’établissement. Les premiers enjeux sont la structuration et le développement de la formation, l’innovation pédagogique, l’intégration de l’établissement dans la logique du grand INSEP et la prise en compte du parcours d’excellence sportive de la FFE. La recherche doit poursuivre son travail au profit du cavalier et de la relation homme/cheval et mettre en place une méthode pour favoriser une offre dans les domaines économique et social. Enfin, dans le cadre d’une ordonnance qui sera prise en application de la loi d’avenir agricole, le développement d’une nouvelle mission de contrôle sanitaire et de l’identification des animaux est en cours. ».

http://www.ifce.fr/parution-du-rapport-dactivite-2013-de-linstitut-francais-du-cheval-et-de-lequitation/

 

AC : L’ifce valide la philosophie de l’association La relation cheval cavalier, j’ai hâte de suivre les résultats.

 

 

 

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

par FFE (Tout public)

 

Décembre 2014 : Quatre "divisions" et Licences de compétition en accord avec l'obtention des Galops afin que les classements préservent les cavaliers dans leur division. Les plus confirmés pourront concourir hors concours. A suivre.

 

Simplification des Galops : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/Galop1_4.pdf
 

1. Les Guides Galop

En 2014, la FFE montre des signes positifs à ordonner le changement, mais rappelons-nous que le prochain président devra ordonner et contracter cette production onéreuse, si la décision n’avait pas encore été prise :

 

- Critique Guide GALOP 1 :
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_GuideGalop1_critique.pdf

 

- Critique Guide GALOP 2 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_GuideGalop2_critique

 

- Critique Guide GALOP 3 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/G3_FFE_critique.pdf

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/G3_FFE_technique.pdf

 

 

2. « Fédératives interrégionales publié le 04/03/2014 | 15h15

« Pour mieux informer les dirigeants de clubs en région sur l’actualité concernant l’équitation, la Fédération Française d’Equitation organise une série de réunions sous la forme de « Fédératives interrégionales ». 

Serge Lecomte, Président de la FFE, sera à votre disposition pour échanger sur tout ce qui concerne la vie fédérale et les différentes initiatives de la Fédération.

Sophie Dubourg, Directrice Technique Nationale, Frédéric Bouix, Délégué Général, et les équipes de la Fédération, aborderont les principaux sujets du sport et de la formation, de la TVA et des projets de développement.
De notre faculté à échanger dépend notre capacité à innover et à donner une image positive de nos activités.

La première réunion aura lieu le lundi 24 mars 2014 à Toulouse, avec le Comité Régional d’Equitation de Midi-Pyrénées. D’autres rendez vous sont déjà programmés le lundi 14 avril en Pays de la Loire (Angers) et le lundi 5 mai en Bourgogne (Pouilly en Auxois). »

 

 

20/05/14 : Il semblerait que les fédératives n’aient pas déplacé les foules, que les réponses aux questions pertinentes aient une nouvelle fois été évitées, que des propositions aient été encore réalisées (mais toujours en fuyant la présentation d’un cadre économiquement sain) et qu’une opération de séduction à Lamotte-Beuvron s’organise autour des constructions Lecomte.

 

 

 

13. Les « FLOP » FFE (--)

par FFE (Tout public)

 

 

Car la pression semble bouger les motivations fédérales, poursuivons :

 

- JUILLET 2014
Une politique des centres équestres au bord de l’implosion :
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_evolution_Clubs.pdf
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/STAT_CENTRES_EQUESTRES_FFE.pdf

 

- JUIN 2014

On m’a assuré que Pascal Marry a profité de l’arrivée des 7 Galops pour initier le changement du « compagnonnage » en regroupement au sein des formations d’enseignants c’est à dire en 1996.

Le BPJEPS, c’est seulement 2004 et le changement du contenu pédagogique des cours débutants : la demande d’autonomie du couple cheval/cavalier sans équilibre de ce dernier et le début du phrasé niais aux jeunes enfants !

Méthode qui, dans le meilleur des cas, multiplie par trois le temps à trouver la véritable autonomie. Question posée à une cousinade :

- « Pourquoi faut-il monter si longtemps dans un manège pour savoir monter à cheval ? » 
- « C’est mon combat d’enfant de la balle et certainement la raison principale de la dévalorisation totale de la filière cheval en 2014. » :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_zero_responsability_BPJEPS.pdf

 

- FEVRIER 2014
La REF : Lire pages 6 à 8 ; 15 ; 18 – 19 …

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/LAREF+152+WEB.pdf


- SEPTEMBRE 2012
Critique Plan FFE de Formation du Cavalier 2012 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_PlanFormationCavalier2012_critique.pdf

 

 

 

14. L’ « inconnu » FFE

par des personnes bien introduites dans les milieux équestre ou sportif (Tout public)

 

Episode à rebondissements !

 

SEPTEMBRE 2014

« Il vous fait dire que l’actuel président se représentera aux prochaines élections. »
 

JUIN 2014

Echange par courriel au sujet de ma probable candidature aux élections FFE :
- « C'est un très beau challenge. Petite info discrète svp, l'actuel Président ne se représentera pas. ».
AC : C'est ce qu'il dit en effet, ce que je ne crois pas vraiment, et le remplaçant aurait les mêmes intérêts... A suivre !  
- «  Je peux vous assurer qu'il ne se représentera pas, je ne peux malheureusement pas en dire plus sans compromettre mes informateurs, ce que je ne ferais pas car ils me font confiance mais vous allez vite comprendre pourquoi il ne pourra pas se représenter. »
AC : Très bien, mais le successeur envisagé est un personnage du même style donc, en effet génial challenge ! Merci.

 

 

AVRIL 2014
Trois personnes m’ont déjà rapporté que Serge Lecomte ne se représenterait plus à la présidence de la FFE contre une : « Cela m’étonnerait ».

 

 

 

 

15. Les scandales FFE (----)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Déjà 20 mois d’échanges,

plus de 700 établissements et évènements équestres audités,

 la FFE remplit-elle bien ses objectif et missions comme définis dans son statut associatif ?

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_Objet-Missions.pdf

 

S’il n’y avait pas eu manipulation multiple et perversité extrême, j’aurais placé ce sujet dans « Peut mieux faire », ce qui est également vrai !

 

 

 

 

 

 

 

 

16. Enseignement & Psychologie (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 

Qualité d’enseignement et connaissance en psychologie vont de pair.  C’est aussi la différence entre animer un enfant ou l’aider à se développer. Personnellement, c’est son développement qui m’intéresse et dont la filière cheval devrait également se préoccuper.

 

Dans les années 2000, loin de là auraient été mes pensées, je faisais simplement le constat qu’il était plus facile de parler aux chevaux qu’aux hommes ! Puis les circonstances m’ont menée à passer une licence en psychologie et ma façon de penser, ma vie, ont progressivement changés. J’ai découvert le rôle que nous avions tous a jouer dans la société pour l’influencer positivement.

 

Psychologie est un mot qui fait peur aux français, pourtant personnellement, pouvoir apprécier le développement et le fonctionnement humain m’a apaisée.  Mais surtout ce contexte m’a permis de comprendre et d’accepter les différences en ouvrant les champs de réflexion pour résoudre les problématiques.

 

A ce sujet, je viens de lire un livre d’une personne d’expériences multiples, incroyable, passionnée de chevaux, de pédagogie, de psychologie et d’ouverture sur le monde. Son livre m’a enfin apporté la réponse des bienfaits de l’équitation au développement de l’enfant. Comment y est-elle arrivée ? Comme souvent en recherche expérimentale en comparant son expérience avec de très jeunes enfants dits normaux à des autistes, enfants précoces dont l’accès au monde extérieur a été trop violent et bloqué. Chaque enseignant et futur enseignant devraient lire  « Poneys et chevaux au secours de l’autisme ».

 

« L’animal est un intermédiaire rassurant et contenant. Il enveloppe son cavalier et l’emmène vers la communication… L’équidé est médiateur de l’ouverture au monde. Avec cet être vivant, la communication par le langage ne se pose pas. Les animaux ne parlent pas. Ils ne sont pas susceptibles d’insécurité par le verbe…. ».

Si les équidés ne parlent pas, les enseignants si, en ce sens chacun d’entre eux devrait bénéficier de cette expérience… Lire ce livre vous enchantera.

 

 

 

17. Hippolia Awards  (++)

Publi-Rédactionnel par Vetbiobank  (Eleveurs… Tout public)

 

Fanion en bois : http://www.equibois-creation.com/procedes-equibois

Intérêts biomécaniques de la ferrure alu : http://www.horseshoe.fr/

Thérapie cellulaire : http://www.normandybiotech.com/index.php/produit/nbjoint

Affection respiratoire : http://www.telemaq.fr/recherche-developpement/telemaq-partenaire-du-projet-imopeq/

Transformer le fumier en ressource : http://www.greenresearch.fr/

Abreuvoir « Normandy » intégré à une colonne : http://www.labuvette.fr/

 

 

 

18. « Comment pense un cheval ? »  (-/+)

Echange entre Chantal et Adeline Cancre  (Tout public)

 

Le document "Comprendre le cheval", édité par la FFE, devrait devenir un moyen de communication de la filière cheval, car il répond parfaitement à la question que me posait Chantal et que se pose tous les amoureux de la noblesse que dégage un cheval : "Comment pense un cheval ?"

Voici son contenu :

 

Si je me souviens bien l'idée est partie du Centre Equestre du Grand Poitiers dont ces panneaux anniment le parcours des joggers à proximité :

 

 

 

19. « Enjeu de santé psychique »  (-/+)

repris dans JDG  (Tout public)

 

AC : J’ai tronqué l’article car le médicament proposé à la fin, individuellement, ne supprimera pas la cause de tous ces malheurs dus à une filière cheval totalement dévalorisée. En effet, il faudrait changer le cadre, et notamment en établir un général (et les courses y sont favorables – cf. point 7 -), sinon c’est comme faire une infiltration à un cheval et le redonner à son cavalier asymétrique ! Si ce texte présente les maux des courses, c’est assez facile de faire la juxtaposition avec les sports équestres auxquels il faut ajouter un élevage du cheval de sport français  dévalorisé (contrairement aux courses) !

 

« LES ENJEUX DE SANTÉ PSYCHIQUE AU TRAVAIL

De nos jours, la situation semble très alarmante entre le nombre massif de personnes qui n’ont plus de travail (et le vivent mal), et celles qui, bien qu’en en ayant un, vivent un stress important, altérant fréquemment leur santé psychique. En ces temps de graves difficultés économiques, les

professionnels du cheval, dont ceux des courses au galop, sont malheureusement touchés par la souffrance psychique au travail.

Les troubles de santé psychique des professionnels des courses sont de natures diverses :

- employés d’écurie, d’élevage, manquant de reconnaissance au travail, en lien notamment avec la flexibilité accrue requise (réunion tuilée, etc.), le fait qu’il leur est demandé de faire plus (heures de travail, etc.) avec moins de ressources (temps, argent, etc.). Cela peut être source d’une frustration : l’organisation du travail peut empêcher de faire son travail soigneusement comme on le voudrait, par faute de temps, etc. Le professionnel ne se retrouve plus dans

son travail.

- employés d’écurie très proches des chevaux, à qui on demande d’aller vite dans la préparation des 2 ans. Ils sont pris entre le respect pour leurs chevaux, le temps qu’ils voudraient leur consacrer pour qu’ils évoluent selon leur rythme physique et psychologique, et les directives de l’entraîneur qui, pour des raisons qui s’expliquent, ne peut prendre ce temps et leur prescrit d’accélérer la préparation. Ces personnes sont plongées dans une souffrance éthique et sont

animées d’une culpabilité entravante.

- entraîneurs, éleveurs en difficulté économique se trouvant dans une situation d’isolement, n’ayant pas de véritable destinataire qualifié auprès de qui évoquer leurs difficultés, enjeux, troubles, etc. (hormis peut être leur comptable, mais ce dernier n’est pas qualifié pour les enjeux de santé psychique au travail). Dans un monde de compétition, les homologues pourraient être perçus comme des rivaux, donc il ne leur est rien dévoilé.

- entraîneurs, éleveurs en surmenage, face, entre autres, à la charge de travail quotidienne, plongés dans un "burn out".

- personnes harcelées au travail. Le journal de prévention pour les professionnels du secteur hippique de la MSA (numéro 9) est totalement dédié au harcèlement (moral, sexuel, etc.). Etc.

 

 

 

 

20. Bel hommage au Galop français  (++)

repris dans JDG  (Tout public)

 

AC : C’est vrai que France Galop fait du bon travail, mais il me semble démontrer de fortes défaillances sur la communication publicitaire écrite (cf. newsletter septembre). En effet, si la vidéo teasing sur l’Arc de Triomphe est remarquable, comparer la pub « fatras » illisible de l’Arc de Triomphe à celle des ventes de l’Arc d’Arqana.

 

La communication est aussi nulle à l’extérieur des hippodromes. Le chaland étant véritablement sollicité, France Galop devrait être au top pour communiquer l’intérêt quotidien à se rendre sur l’hippodrome en question. S’il doit donner l’exemple sur ses hippodromes, il devra remettre la méthode aux organisations bénévoles.

 

CRISTIAN DEMURO : « JE SUIS PRÊT À TOUS LES SACRIFICES ! »

Cristian Demuro, jockey italien, a décidé en mars dernier de poursuivre sa carrière en France. C'est son père, ex-jockey et désormais entraîneur, ainsi que son frère, Mirco, top-jockey italien, qui lui ont transmis le "virus" et guidé par sa passion, Cristian Demuro a franchi la frontière pour s'installer à Chantilly. Dans un très bon français, il est revenu avec nous sur ce

choix et sur la vision de son métier dans les deux pays.

 

Jour de Galop.- Pourquoi avez-vous choisi de vous établir à l'année en France ?

Cristian Demuro.- Je réfléchissais à mon avenir, à l'avenir hippique de mon pays quand je me suis rendu compte qu'il serait très difficile pour moi d'exercer mon métier en Italie. Les courses

connaissent là-bas une crise grave et je voulais partir. Je pensais à la France, car j'aime vraiment ce pays, la multitude d'hippodromes que vous avez, l'ambiance aux courses, le public et puis les

allocations de courses qui sont conséquentes en comparaison avec l'Italie. Pierre-Alain Chereau, mon agent actuellement, a su que je voulais venir en France et m'a demandé de travailler avec lui. J'ai donc fait mes valises.

 

Comment avez-vous été accueilli par les autres jockeys ?

Cela n'a pas été facile, car en arrivant, il y a six mois, je ne parlais pas français. C'était donc très dur de communiquer avec les autres. Alors, j'écoute beaucoup les gens parler pour apprendre, je ne prends pas de cours. Au début, dans les vestiaires, personne ne faisait attention à moi, personne ne me regardait, puis au bout de deux ou trois mois, j'ai commencé à avoir beaucoup d'amis et maintenant je parle avec tout le monde. Je suis vraiment heureux d'être ici.

 

Être loin de votre pays natal et de votre famille n'a jamais été un frein ?

Ma passion est ma première motivation. J'exerce un très beau métier et pour cela, je suis prêt à tous les sacrifices. Alors, c’est vrai, je vois peu ma famille, mais je travaille avec les chevaux tous

les jours, dans un centre d'entraînement magnifique. J'ai beaucoup de chance.

 

A-t-il été facile de vous adapter aux courses françaises ?

Les courses françaises sont d'un très bon niveau. Il y a d'excellents jockeys, de très beaux élevages, des courses d'une grande qualité. Mais le rythme des courses est très lent. On

monte caché, au galop de chasse, et il faut être très tactique. C'est ce qui a été le plus difficile pour moi au début. Maintenant j'ai compris, et je monte beaucoup plus tactique. Mais je me demande si c'est toujours le meilleur qui l'emporte...

 

À 22 ans, vous avez déjà beaucoup voyagé et vous avez monté sur de nombreux hippodromes dans le monde entier. Que vous ont apporté ces expériences ?

C'est vrai que j'ai monté au Japon, aux États-Unis, à Dubaï, en Allemagne, et ces voyages m'ont permis de développer, je pense, une grande capacité d'adaptation, car chaque pays, chaque hippodrome a ses particularités.

 

Vous dites trouver le niveau des jockeys français excellent. N'avez-vous pas eu peur de la concurrence en venant monter en France ?

Il y a beaucoup de concurrence, mais j'adore la compétition et je veux trouver ma place ici. Je suis actuellement freelance est c'est parfois difficile de rivaliser avec ceux qui sont sous contrat, mais je prends le temps qu'il faut pour apprendre et me perfectionner. Et j'espère décrocher un jour un contrat.

 

Quelles sont les qualités requises pour être jockey, selon vous ?

Une grande patience, une bonne main, de l'énergie, et évidemment en France, de bonnes tactiques de courses !

 

Que manque-t-il aux courses françaises ?

Un peu de vitesse !

 

Que regrettez-vous des courses italiennes ?

Pas grand-chose. Je suis parti, car cela ne me plaisait pas. J'ai gagné beaucoup de courses là-bas et j'aurais pu rester, mais il y a trop de choses qui ne vont pas. En Italie, ce n'est pas aussi bien organisé qu'ici, avec France Galop qui réalise un très gros travail au quotidien. En Italie, il n'y a aucune publicité pour amener le grand public aux courses. Les jours de Groupe 1, vous avez seulement 2.000 personnes sur l'hippodrome ! 

 

SON APPRENTISSAGE EN ITALIE

Cristian Demuro a débuté en 2009 à Milan. Il montait pour Bruno Grizzetti. Il a fini quatrième de sa course de début et a tout de suite enchaîné les épreuves pour remporter sa première victoire à sa troisième course seulement. En cinq mois, Cristian Demuro avait gagné ses cinquante courses, synonyme de perte totale de la décharge (en Italie, les jockeys perdent un kilo toutes les dix victoires). »

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié la lecture de cette newsletter, pensez à la transmettre à vos amis.
Si vous n’appréciez pas… le droit de réponse est  encouragé car la critique montre l’intérêt
et produit les solutions comme le consensus.
 

L’association LRCC remercie sa sympathique correctrice bénévole, Jocelyne,
le secrétaire général de l’Association.

 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Contact



La relation cheval cavalier