logo : La relation cheval cavalier

Point 10 AIDES PEDAGOGIQUES

La relation cheval cavalier

Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets,
pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés.

 

Génial (++) - Bien (+) - Pédagogie (-/+) - Bof (-) - Oups (- -)

 

Centres équestres labellisés par "La relation cheval cavalier"

Première quinzaine de février, vous allez recevoir par courriel mon avant-projet de programme aux Elections FFE. Vous devrez voter favorable ou défavorable aux futures réunions départementales. Je vous remercie d'y répondre rapidement. Cordialement, Adeline Cancre.

Le programme sera dévoilé en juin à l'annonce des résultats, date de la fin mon 3ème tour de France. J'aurais visité plus de 1000 établissements en France c'est à dire plus de 10 %.

 

0. "Etres sensibles et vivants"

1 bis. Coup de cœur pour le « Nord » (++)

2. De Grandes Dames (++)

2a. La SEP (++)

2b. Michèle Cancre (++)

3. Rênes Equidrive, excellentes si… (+++)

4. Dressage (----)

5. Affections ostéochondrales juvéniles (++)

6. « Serge Le Compte » (---)

6a. TVA & Centres équestres (-/+)

6b. Redressement TVA sur les engagements ! (-/+)

6c. Prélèvement ou Partage et Consommation ? (--)

6d. TOP 10 de la FFE ! (---)

7. Aides pédagogiques (-/+)

7a. Oui mais si ! (-/+)

8. Courses & Emotions (++)

9. Priorité d’ajustement pour 2017 (++++)

10. Recommandés par LRCC (++)

11. Les “TOP” FFE (++)

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

13. Les « FLOP » FFE (--)

14. L’ « inconnu » FFE

15. Les scandales FFE (----)

16. A l’origine de l’équifun ?  (++)

17. FLOP… TOP… (-/+)

18. Nostalgique et triste

 

 

0. "Etres sensibles et vivants"

Par JDG

 

AC : Il fallait s'y attendre, mais bien se comporter serait quand-même une bonne chose !

 

"LE CODE CIVIL PARLERA DÉSORMAIS DES ANIMAUX COMME D’"ÊTRES VIVANTS ET SENSIBLES"… EN ATTENDANT LA SUITE

Comme un écho aux récents débats sur le bien-être des animaux, l’Assemblée nationale a adopté mercredi un texte pour modifier le Code civil : désormais, celui-ci considérera les animaux comme des êtres vivants et sensibles. Les associations de protection des animaux se réjouissent avec les élus de gauche ; les autres interpellent l’opinion sur les dérives et dommages collatéraux que cela pourrait entraîner.

 

Ce mercredi 28 janvier, l’Assemblée nationale française a reconnu aux animaux la qualité symbolique d’êtres vivants doués de sensibilité. Cette disposition faisait partie d’un projet de loi plus vaste dont le but est "la modernisation et la simplification du droit". Cet amendement avait été introduit dans ce texte par le député socialiste Jean Glavany, ancien ministre de l’Agriculture, lors de sa première lecture à l’Assemblée nationale en octobre 2014. Cependant, le Sénat a rejeté le jeudi 22 janvier le texte et ce fameux article concernant les animaux (l’article 1er bis).

Celui-ci repassait donc devant l’Assemblée ce mercredi pour un vote définitif. Le texte a été adopté, soutenu par les députés socialistes, radicaux de gauche, UDI et écologistes. Le Front de Gauche s’est abstenu, l’UMP a voté contre. Lorsque cet amendement a été proposé, il était souligné le besoin d’aligner le Code civil, qui considère l’animal comme un bien meuble, sur le Code pénal et le Code rural ainsi que sur la législation européenne qui, tous trois, les considèrent comme des êtres vivants et sensibles. Pour les députés soutenant cette mesure, il s’agit surtout d’un changement nominatif symbolique. Ceux s’opposant à cette mesure ont dit qu’elle pouvait ouvrir la porte à de nouvelles mesures.

 

Aucun bouleversement juridique d’ampleur du côté de la majorité

Cet article sur les animaux fait partie d’un projet de loi beaucoup plus vaste et, de prime abord, il n’était pas le plus important de cet ensemble. Mais il a, à chaque lecture, déclenché de vifs débats.

La députée socialiste Cécile Untermaier s’est justifiée à la tribune : « L’article 1er bis, d’abord relatif au statut des animaux, est issu d’un amendement porté en avril dernier par Jean Glavany, ici présent, et plus largement par l’ensemble du groupe SRC. Cet amendement, de pure forme, est rapidement devenu le coeur de cette loi et a concentré de nombreuses critiques. Pourtant, et nous sommes nombreux à le répéter depuis avril dernier, cette disposition se borne à préciser que les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Qui peut nier cette évidence ? »

Elle a ensuite rappelé la définition de ce texte de loi : « Voici ce que prévoit dorénavant cet article : "Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens". En supprimant le terme « corporels », nous avons levé toute ambiguïté. Le régime juridique applicable aux animaux est celui qui est applicable aux biens, à savoir le régime des biens meubles ou immeubles par destination. En bref, aucun bouleversement juridique d’ampleur n’est à attendre de cette rédaction. »

 

L’opposition dénonce le manque de concertation avec les professionnels et les conséquences futures d’une telle mesure

La parole a ensuite été donnée à Philippe Gosselin, député UMP de la Manche, et à Marc Le Fur, député UMP des Côtes d’Armor. Ils ont respectivement présenté les amendements numéros 5 et 6, identiques, visant à supprimer ce texte 1er bis. Les deux amendements ont été rejetés, mais voici quels étaient leurs arguments.

Pour Philippe Gosselin, l’amendement introduit « en catimini » par Jean Glavany pose

problème dans le sens où une telle idée mériterait une réflexion beaucoup plus large. Et – fait encore plus important selon Philippe Gosselin –, ce genre de réflexion

devrait toujours se faire en concertation avec les professionnels des filières agricoles et industrielles. « Il faudrait prendre la mesure de toutes les conséquences que cette rédaction emporte, a insisté Philippe Gosselin. J’ai l’impression que cela n’a pas été le cas. Demain, c’est l’agriculture qui pourrait être menacée, ou encore l’industrie, la chasse à courre… » Ainsi que la pisciculture, a tenu à préciser le député Jean-Frédéric Poisson (sic). En conclusion, Philippe Gosselin a déclaré : « Encore une fois, nul ne conteste la nécessité de lutter contre la cruauté et la maltraitance à l’égard des animaux. Tout le monde reconnaît la légitimité de ce combat. Cependant, cet article fait franchir une étape supplémentaire dont les effets ne sont pas évalués. C’est cela qui fait craindre le pire. (…) Cet article, loin de résoudre des problèmes, en crée. »

 

Même chose du côté de Marc Le Fur, qui a regretté l’absence de concertation avec les professionnels. Il a, de plus, tenu à préciser que les éleveurs et les professionnels ont déjà démontré avoir conscience du bien-être des animaux et ont pris des mesures sur ce sujet : « Nous légiférons sans avoir organisé une quelconque concertation avec les éleveurs, qui sont choqués. (…) Paradoxalement, cette remise en cause interviendrait au moment même où des efforts considérables ont été réalisés en faveur du bien-être animal. » Ces arguments n’ont pas été entendus et l’article 1er bis a été adopté.

 

Une disposition prise, notamment, sous la pression des associations de protection des animaux

Dans son intervention, Marc Le Fur a aussi expliqué : « Les éleveurs et les professionnels savent que cette évolution juridique sera utilisée demain par les adversaires de l’élevage pour contester certaines activités. Et j’exclus de mon propos les questions de gavage, d’élevage traditionnel, de corrida ou de chasse : l’élevage économique lui-même peut être remis en cause par une telle disposition. » Ce changement pourrait avoir des conséquences sur le futur.

L’expression "adversaires de l’élevage", choisie par Marc Le Fur, désigne en particulier certaines associations de protection des animaux. Dans notre article sur le bien-être animal

publié dans Jour de Galop il y a quelques jours, nous expliquions comment ces associations ont investi le terrain médiatique pour ensuite s’attaquer au terrain législatif. Cet article 1er bis en est la plus parfaite illustration !

Parmi les rares députés UMP favorable à cette disposition, Frédéric Lefebvre a dit : « Je conclus en soulignant combien il est important de notre part à tous, alors

que la fondation "30 Millions d’amis" a été à l’origine d’une pétition signée par au moins 250.000 personnes et que de nombreux intellectuels ont rappelé la grande incohérence dans notre droit sur le sujet, de corriger cette erreur [le statut de l’animal

dans le Code civil, ndlr]. » Ne riez pas : Frédéric Lefebvre

sait de quoi il parle quand il évoque les "intellectuels", lui qui confondait le conte de Voltaire Zadig avec la marque de vêtements "Zadig et Voltaire"…

Enfin, Jean Glavany a précisé que « 90 % des Français sont favorables à cette disposition » et que « c’est une avancée modeste en termes de droit, mais de grande portée symbolique. Et le droit peut aussi, de temps en temps, relever du symbolique pour faire avancer les idées. »

 

Les associations de protection des animaux ne comptent pas s’arrêter là

Le nouveau statut des animaux dans le Code civil est, avant tout, symbolique. Mais cela peut être une porte ouverte à de futurs changements, ce que craignent certains députés. D’ailleurs, les associations de protection des animaux ont déjà réagi, comme PETA France [on connaît la modération de la PETA qui, sous les traits d’une association, est en fait un purgroupe d’agitation-propagande] via son directeur de campagne,Cyril Ernst, auprès de Libération : « Nous sommes ravis par cette reconnaissance, mais avons peur qu’elle ne soit que d’ordre symbolique. Les animaux étaient déjà reconnus comme des êtres sensibles dans le Code rural de 1976, article

L214-1. On espère au moins que cela influencera les juges dans les cas de maltraitance animale. » Or, si l’on en croit PETA France : « La maltraitance est structurelle dans l’élevage à des fins de rendements. » On y vient… Le noir, le blanc, le bien, le mal, les gentils, les méchants… Vision sectaire et atterrante, mais qui trompe malheureusement de plus en plus d’angéliques gogos, gobeurs de fadaises prêtes à l’emploi.

La fondation "30 Millions d’amis" s’est elle aussi réjouie, parlant d’un tournant historique. Pour l’association, rien ne sera plus comme avant et « le Code civil allant désormais dans le même sens que le Code rural et le Code pénal, cela permettra une meilleure application du droit existant. En effet, la cohérence juridique entre les Codes permettra aux juges d’être

plus audacieux et plus efficaces quant à l’application des règles protectrices des animaux. Par ailleurs, la réforme va permettre de créer un gisement de synergies entre le droit civil et le droit pénal, ou le droit rural, qui, au cas par cas et petit à petit, bouleversera l’ensemble du droit animalier. »

 

POURQUOI LE SÉNAT A-T-IL REjETÉ L’AMENDEMENT ?
Le Sénat a voté contre cet amendement principalement pour une question de forme, et non pas de fond. Les sénateurs ont estimé que le Code civil n’a pas à prendre de dispositions sur ce sujet. Il ne s’agit pas de dire ce qui est vrai ou faux, mais ce qui est juste, injuste ou illégal.
Le Sénat a aussi regretté l’absence d’un vrai débat autour de cette proposition et de ses conséquences futures. Il a aussi estimé que cet article, incorporé dans un projet de loi de modernisation et de simplification du droit, n’avait pas vraiment sa place ici et ne faisait que compliquer les choses.

 

 

 

1 bis. Coup de cœur pour le « Nord » (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

« Les derniers seront les premiers » ! En effet, le département du Nord a été ma dernière destination à découvrir et force est de constater qu’il cumule la plus grande densité de bons centres équestres en France (sur un minimum de 800 établissements visités en France). Félicitations à TOUS, et notamment pour :

- Les excellentes cavaleries AQPS ou autre chez François Gilmet, Thierry Taquet… et Dominique Bouchery ;

- Les poneys avec les nuques en place (au pas comme au galop en cercle à 10 élèves au galop 3-4) chez Nathalie Picquart ;

- Le plus animé et chaleureux club house (entre crêpes, gaufres de Liège et de Bruxelles) chez Thierry Taquet :

- Ce message :  « Vous confiez vos enfants à une école française d’équitation avec un moniteur d’équitation diplômé qui connaît son métier. Donc merci de lui faire confiance et de garder le silence pendant les leçons. Les conseils ne sont pas les bienvenus. Merci. ». Et lorsque vous voyez le jeune Tom Meslif monter, aucun doute.

 

Si je n’avais pas trouvé d’objectif à mon action bénévole, ce message aurait été imprimé pour faire la publicité du label La relation cheval cavalier. J’ai une autre idée, qu’il devienne en 2017 la communication interne aux centres équestres labellisés A due à la qualité de leur enseignement. Grâce à l’encadrement du Réseau des Sages, tous pourront le devenir au cours de la 1ère année. Aujourd’hui, malheureusement en France et en équitation, être diplômé comme labellisé par la FFE n’assure de rien alors, le public doit être averti de la compétence de l’équipe !

 

J’ai vu au moins 3 centres équestres spécialisés Horse-ball, les filles sont moindres et dans de fortes proportions. Ce qui confirmerait ce que je pense, le sexe fort souhaite qu’on lui parle de sport et de manière cohérente ! Comme les filles d’ailleurs, j’ai observé 4 clubs avec des cours dynamiques et personne ne rechigne bien au contraire. Attention à laisser faire, la clientèle mène la vie dure, car la nature n’aime pas le vide !

 

D’ailleurs, dans le 59, cette qualité d’enseignement n’a pas créé de vide au cours des 10 derniers années ce qui expliquerait que l’augmentation des clubs ait été seulement de + 14 % entre 2008 et 2013 avec une progression positive de + 18 % des licenciés, une augmentation de 44 % des licences de compétition avec une consolidation des passages d’examens, des chiffres positifs extrêmement rares en France.

 

Quelques personnes  méritent plus particulièrement des félicitations :

1. Hervé Delloye qui a su :
- Encourager le CSO et développer le Horse-Ball. Pour ceux qui ne connaissent pas cette école du cheval, je vous suggère d’aller observer la cavalerie club et le fonctionnement des cavaliers chez Dominique  Bouchery (et ses poulains). Tous les bons juniors nordistes ont mené, mènent de front la compétition en horse-ball et en CSO. L’équilibre sur les pieds est parfait, les bras sont souples, les poignets tenus…
- Déléguer la formation aux plus capables : Marc Defives, Thierry Taquet, Didier Rabot, Dominique Callens, Emile Descamps, Pierre Dorchies et j’en oublie certainement !
Dans le nord, on s’installe après 2 x 10 ans d’expérience. Au bout de 5 ans, on présente 300 licenciés et plus de 500 à 10 ans. Non pas aux alentours de Lille, mais à proximité des mines. Tous forment leurs enseignants et STOP. Cinq centres équestres m’ont dit arrêter de former à la prochaine rentrée. L’école de Genech est largement critiquée.

2. Tous ces formateurs et plus particulièrement Marc Defives qui en plus d’avoir formé de nombreux cavaliers, pédagogues, a formé des chefs d’entreprise.
 

3. Edith Cuvelier. Si ces choix sont critiqués au niveau de la formation (comme à de nombreux endroits en France), elle soutient les centres équestres, le horse-ball… Dernièrement, elle va attribuer une prime de 150 euros aux organisateurs de compétition club qui vont remplacer le barème A chrono par le « Temps optimum » : félicitations. Pour les jeunes élèves "spécialisés" CSO - Poney, il me semble indispensable d'inciter en complémentarité au Hunter...
 

4. L’homme de l’ombre, Hervé Francart et donc un peu, Michèle Cancre !
 

- Le département du 93 a 5 établissements, tous démontrent d’un savoir-faire pédagogique. Félicitations également.

 

 

2. De Grandes Dames (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

2a. La SEP (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

C’était une grande émotion de passer le porche de la Société d’Equitation de Paris, rue Lhomond, mes parents y avaient fait connaissance. Notre tante Michèle et notre père, Jean-Pierre, y ont aussi rencontré leur maître Mr Mermet.

je crois aussi me souvenir y avoir passé mon 1° degré sous l’œil de Paul de Longchamp. Le destin des Cancre aurait été autre sans la SEP !

 

Eh bien la SEP est restée jeune. Après avoir créée le 1er poney-club de France en 1975, elle a gardé son savoir-faire auprès des jeunes chevaux et pensé « Equidépart-Retraite » :

 

Tout cela est tellement bien rodé que monter à la SEP peut paraître simple, car la cavalerie  et les enseignants en sont. En effet, on monte mieux à cheval avec un bon enseignant et une bonne cavalerie qui nous ne le rappellerons jamais assez vont de pair.

L'équipe cherche également toujours à embellir chaque recoin :

 

Dimanche 1 février, la SEP participait aussi au concours Club Hunter organisé par le Polo de Paris. J'ai observé l'épreuve Poney, la grande majorité de leurs cavaliers (avec ceux de la Cartoucherie) présentaient des poignets tenus dans les courbes, lors des transitions, et un "équilibre au-dessus des pieds", c'est essentiel pour la progression en CSO (et trop souvent l'impasse où mène les courses à l'échalotte).

Derrière les bonnes maisons, il y a toujours une équipe bien en poste...

 

 

2b. Michèle Cancre (++)

par des témoignages  (Tout public)

 

   Difficile de parler de sa tante sans en faire trop, car vous portez une admiration sans limite pour ses résultats, son élan donné à notre sport, son enthousiasme à juger des milliers de chevaux et de couples dans les trois disciplines olympiques, son droit à dire ce qu’elle pense, sa réserve également, son plaisir à m’accompagner dans ma tournée du 78…

Ses expériences sont multiples :
- Première femme dans l'équipe de France de 1948 à 1962.
- Championne de France en 1955, 1960, 1962 et 1967.
- Médaille de Bronze au championnat d'Europe de 1957 et 1961.
- 20 années de collaboration dans les affaires auprès de son père, Gabriel.
- BEES 3e degré, professeur d’équitation.
- Directeur technique adjoint FFE de 1980 à 1985.
- CTR Ile-de-France de 1986 à 1996.
- Juge SHF & Hunter.

 


Elle a reçu différentes distinctions : Coq d'Or de la FFE (1989) ; médailles d'Argent (1989) et d'Or (1997) de la Jeunesse et des Sports (en tant qu’athlète de haut niveau) ; Mérite agricole en 2010 (pour service rendu à la cause du cheval).

 

Pourtant, je vais le faire ou plutôt reprendre les paroles de personnes qui m’ont procurées d’intenses émotions en partageant leurs souvenirs. Les mots sont forts : « idole », « je la vénère chaque jour », « gentille », « ouverte », « rigoureuse », « un modèle ».

 

1.« Je regrette la justesse des jugements de Michèle aux finales de Pompadour. D’ailleurs, je ne m’y rends plus. Vous la remercierez… vous allez la remercier vous-même, car c’est elle qui me conduit de centre équestre en centre équestre pendant les fêtes.»

 

2.  « Je vénère chaque jour Michèle. J’avais le galop 7 Dressage en tant que cavalière de cette discipline. Je devais valider mes examens CSO et Cross pour rentrer en formation BEES 1 (moniteur). Nous étions 3 adultes, l’examinateur du 95 nous a fait attendre toute la journée pour me voir recaler au cross car je n’allais pas assez vite. Michel Ismalun était fou de rage…
15 jours plus tard, Michèle Cancre jugeait. Je me suis rendue auprès d’elle et lui ai demandé mon horaire de passage. Elle m’a répondu :
- « Vous êtes prête ? »
- « Le temps de seller ! »
- « Allez y puis entraînez-vous et lorsque vous êtes prête, je viens vous observer. »
Je m’affûte sur tous les obstacles…
Michèle arrive et me dit - « Quel tour envisagez-vous ? »
Je suggère en fonction des observations du précédent examinateur et Michèle me répond : « C’est trop compliqué pour ce brave cheval. Passez-moi ces obstacles…. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, c’est parfait ! ».

Michèle Cancre m’a « donné » le Galop 7 Cross et je suis sortie major de ma promotion.

3.

 

4.« Un jour, ta tante est arrivée dans ma cour et m’a fait travailler tout un week-end gratuitement. J’ai mis trois années à digérer, car le contenu était simple, mais dense ! ».
L’équitation de sa fille ressemble étrangement à celle de Michèle comme nos enseignements…

 

Le réseau des Sages, dont je parle depuis une année déjà, repose sur cette relation que Michèle et d’autres ont eu avec les centres équestres. Relation qui mêle compétence, gentillesse, générosité et rigueur. Les quatre coins de la France m’ont fait référence à Michèle et à Melle Bourdolleau.
De nombreuses personnes retraitées ont ce profil…
 

 

3.Rênes Equidrive, excellentes si… (+++)

par Adeline Cancre  (Centres équestres…)

 

Depuis le début, je trouve le concept, la boucle d’ajustement de ces rênes extraordinaire. Depuis le début donc, je tais mon enthousiasme car en terme de tenue et d’ajustement (des rênes et des étriers) la France fait preuve d’incapacités majeures. Dans ce cas, comme dit le dicton, on pourrait placer un couteau dans les mains d’un singe !

 

Cependant, aujourd’hui, je connais assez de pros de l’enseignement qui apprécieraient ces propos : « Cette année, on a perdu aucun débutant », auxquels je recommande de faire l’essai… En effet, le concept est excellent si les nuques des poneys sont en place et les bras des bouts-choux tenus souples aux trois allures. Dans ces conditions, UNIQUEMENT, la tenue des rênes et le maintien des bras semi-déployés équilibrent dans la facilité un corps en dynamique comme au trot enlevé. L’idéale posture qui définit dès les 3 premières leçons, le circuit neuronal juste qui permettra de changer de rênes rapidement selon l’âge.

 

Cela écarte toutes les cavaleries qui arrachent les rênes, tous les élèves sans équilibre sur leurs pieds (aux étriers non ajustés et asymétriques) donc, tous les centres équestres qui revendiquent l’autonomie des couples avant l’équilibre pour la réussite du mouvement, tous les enseignants qui font tenir la poignée de la bardette pour trotter enlevé ou galoper en reculant les épaules… car dans ces cas multiples, l’élève ne pourra plus ajuster ces rênes et aura développé le circuit neuronal opposé !!!!

 

L’équipe des Ecuries des Chartreux m’informait aussi que le concept d’ajustement allait se décliner sur les étrivières. Ce qui à la première réflexion m’a fait douter (car j’avais oublié la présence de marquage sur les rênes). Le marquage m’a réveillé à 4h du mat et donc, j’affirme déjà le concept extraordinaire (mais 80 % des enseignants doivent encore apprendre à ajuster des étriers). Les boucles seront j’imagine placées en bas et donc, annoncent aussi j’espère le retour du trot assis, les étriers croisés sur l’encolure (prévoir une attache pour les étriers à coque). Seule possibilité de placer les élèves déséquilibrés « pieds parallèles - pointes de pied relevées » c’est à dire dans la position des cavaliers toniques en équilibre, la position des cavaliers dits doués (d’équilibre grâce à leur tenue naturelle des bras souples, les rênes ajustées)…

 

Je n’apprécie pas du tout la communication Equidrive, car elle est fausse : « Les rênes d’une nouvelle relation main/bouche ». NON, pour développer son équilibre sur ses pieds la relation main/bouche de facilitation pour un débutant ne change pas ! La photo est nulle aussi… mais cliquez ICI pour essayer le produit !

 

 

 

4. Dressage (----)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Depuis le temps que la FFE investit dans la discipline du Dressage, ça n’avance guère et combien de cavaliers écœurés…

 

1. Peut-être serait-il enfin venu le temps de juger, ce qui fait progresser le monde entier ? La position et le fonctionnement du couple au contraire du comportement du cheval qui n’est qu’une conséquence.


2. Si la décision est prise, attention de juger enfin ce qui est primordial de critiquer pour faire évoluer n’importe quel couple, rapidement. En effet, les notes des premiers niveaux de reprise doivent aider l’enseignant et son élève à développer LES MOYENS d’avoir une bonne assiette et un cheval impulsé dans le couloir de rênes :

Est-ce que le regard est horizontal, panoramique ? 0 à 10

Est-ce que l’assiette est posée sur les ischions ? 0 à 10

Est-ce que l’axe est maintenu vertical ? 0 à 10

Est-ce que les bras sont tenus semi-déployés (souples, les coudes devant les hanches) ? 0 à 10

Est-ce que les pieds sont tenus parallèles (les talons sous les fesses, « les jambes au contact du cheval ») ? 0 à 10

Est-ce que les étriers sont correctement ajustés ? 0 à 10

Est-ce que le couloir des rênes est symétrique : En ligne droite ? 0 à 10. En courbe ? 0 à 10. A l’occasion des figures ? 0 à 10

Après on pourra commencer à parler de rectitude, de figures élaborées, de fonctionnement du cheval… de déplacements latéraux !

 

3. Rendez-vous en 2017 !

 

 

5. Affections ostéochondrales juvéniles (++)

par Fondation Hippolia  (Tout public)

 

JDG : LES AFFECTIONS OSTÉOCHONDRALES JUVÉNILES

À la fréquence d’une fois par mois, Jour de Galop vous propose un article mettant en lumière l’un des sujets de recherches menées par la Fondation Hippolia, qui regroupe deux cents chercheurs répartis dans une trentaine d’équipes différentes, partout en France. Le thème de janvier concerne les affections ostéochondrales juvéniles.

 

Mettant en jeu la carrière sportive d’un cheval dès les premiers mois de sa vie, la pathologie des affections ostéochondrales juvéniles a fait l’objet d’études détaillées en Normandie depuis plus de dix ans. Les équipes de l’Unité de recherche de biomécanique et pathologie locomotrice du cheval (B.P.L.L.C.) de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (Enva), dont notamment celle du Cirale, parmi les structures phares de la Fondation Hippolia, ont publié de nombreux articles scientifiques pour faire part de leurs travaux et de leurs conclusions sur le sujet. Nous vous proposons aujourd’hui

de faire un point sur ces troubles précoces de l’appareil locomoteur du cheval.

 

Que sont les affections ostéochondrales juvéniles (Aocj) ?

Il s’agit de troubles assez répandus qui correspondent à des anomalies du processus d’ossification. Les poulains sont touchés dès leur plus jeune âge du fait de l’immaturité de leur

squelette, quelle que soit leur race. Depuis peu, il existe un réel consensus international sur la

définition des Aocj, établi par des sommités vétérinaires en matière de pathologie locomotrice

: Wayne McIlwraith (USA), Leo Jeffcott (GB), René VanWeeren (HOL), Jean-Marie Denoix

(FR). Il en ressort que ces anomalies incluent majoritairement les lésions d’ostéochondrose, qui se manifestent par des irrégularités, voire des fragmentations, des surfaces osseuses, ou par la formation de kystes osseux. Les Aocj englobent en plus les arrachements osseux par traction d’un ligament. Il est également admis que ces anomalies sont la résultante de contraintes biomécaniques sur le squelette immature du poulain, conduisant à des perturbations de l’afflux sanguin au site d’ossification. Ces contraintes peuvent être représentées par des forces en compression ou en cisaillement sur les surfaces et la périphérie des os qui peuvent conduireà la formation d’un nodule (fragment osseux) ou d’un kyste osseux (zone focale de déminéralisation).

Cette composante biomécanique à l’origine de ces lésions explique qu’elles se développent souvent aux mêmes endroits. Par exemple, sur le grasset, c’est la partie la plus étroite et qui subit le plus de compression de la rotule (la lèvre latérale de la trochlée fémorale) qui est le plus souvent affectée.

 

Quelles sont les conséquences liées à ces troubles ?

Ces affections juvéniles ont des répercussions économiques non négligeables pour la filière équine puisqu’elles peuvent diminuer la valeur commerciale du poulain et ses performances sportives ultérieures. En effet, certaines formes d’ostéochondrose entraînent des douleurs articulaires, voire des boiteries, qui limitent les capacités sportives du cheval. Il convient donc de les identifier au plus tôt afin de les gérer au mieux et de limiter les conséquences futures sur la locomotion du cheval.

 

Comment identifie-t-on ces troubles et quels en sont les facteurs ?

Au-delà du dépistage précoce, il est nécessaire d’identifier les facteurs qui peuvent déclencher ces affections. C’est dans cet objectif qu’un vaste programme d’étude a été mené dans les années 2000 par l’équipe du Professeur Jean- Marie Denoix (U.M.R. B.P.L.C. - Cirale - Enva).

Cette étude nommée "Esoap" (élevage, statut ostéoarticulaire et performances) a permis de dresser le bilan ostéoarticulaire de poulains bas-normands de races pur-sang, trotteur français et selle français, d’étudier l’évolution radiographique des Aocj entre l’âge de 6 et 18 mois, et d’évaluer les facteurs prédisposant à ces lésions et leurs conséquences sur la carrière sportive ultérieure.

Au total, 392 poulains, dont 133 pur-sang, ont été radiographiés suivant le même protocole dans leurs haras à l’âge de 6 mois en moyenne, puis aux alentours de 18 mois pour vérifier

l’évolution d’éventuelles lésions détectées sur les dix premiers clichés radiographiques réalisés pour chacun d’entre eux.

Cette étude a permis de montrer que les affections ostéochondrales juvéniles évoluaient beaucoup au cours de la première année de vie du poulain, et ce jusqu’à 18 mois. Cette conclusion est en accord avec des études précédentes menées dans d’autres pays et sur d’autres

races. En effet sur la population étudiée en Basse-Normandie, seulement 32,3 % des images radiographiques anormales (Ira) identifiées à 6 mois n’ont pas évolué à 18 mois, alors que 46,6 % d’entre elles disparaissent et que 38,7 % des Ira identifiées à 18 mois sont de nouvelles Ira.

Par exemple les lésions d’ostéochondrose de la lèvre latérale du grasset identifiées sur les poulains à l’âge de 6 mois ont dans plus de 80 % des cas eu tendance à s’améliorer ou disparaître lors du contrôle radiographique à 18 mois (figure 1). Inversement, beaucoup d’Ira identifiées sur les boulets des yearlings n’étaient pas visibles sur les clichés réalisés à

l’âge de 6 mois (figure 2).

Pour ce qui concerne la prédisposition à ces troubles, l’étude Esoap a confirmé le caractère multifactoriel, avec notamment l’influence des déséquilibres alimentaires (minéraux), de la vitesse de croissance, et de la gestion de l’activité et des conduites d’élevage.

 

Existe-t-il un facteur race ?

Sur le lot de poulains pur-sang, 142 images radiographiques anormales (Ira) ont été identifiées et réparties en 4 grades de sévérité. La plupart d’entre elles étaient de faible sévérité

(52,8 % de grade 1 et 38,7 % de grade 2). Ce nombre d’anomalies identifiées est plus faible que celui des autres lots de poulains et surtout des selle français, mais la proportion d’Ira de plus forte sévérité (grade 3 et 4) y est la plus élevée : 8,4 % vs 7,7 % pour les trotteurs ou 3,8 %

pour les selle français.

Concernant la localisation des Aocj, c’est sur les boulets que les poulains pur-sang sont le plus souvent affectés, avec surtout le boulet postérieur (20,3 % des poulains), puis le boulet antérieur (17,3 %). Ensuite, respectivement 15 % et 14,3 % des poulains présentent des Ira au niveau du carpe et du grasset.

Les poulains pur-sang de l’effectif étudié présentaient peu d’Ira sur les jarrets, et à la différence des autres races, elles étaient plus nombreuses sur la partie distale (basse) de ce dernier que la partie proximale (haute). Le poulain pur-sang n’apparaît donc pas comme étant plus prédisposé qu’une autre race à ces affections ostéochondrales juvéniles. En revanche, lorsqu’il en présente, la sévérité peut y être plus forte. De nombreux travaux se penchent sur l’aspect héréditaire de ces lésions, qui, même s’il semble probable, n’a pas encore été associé à l’identification

d’un gène spécifique.

L’examen radiographique autour de l’âge de 1an semble donc être un bon compromis entre la précocité du dépistage des Aocj et la stabilité des anomalies observées, considérant qu’un examen à 6 mois ne permettrait pas d’avoir une idée réelle du statut ostéoarticulaire futur du poulain. Cependant, en cas d’anomalie physique détectée sur un plus jeune poulain (vessigon, molette, défaut d’aplomb), l’examen radiographique sera alors d’emblée recommandé.

 

                       

6. « Serge Le Compte » ! (---)

par Adeline Cancre  (Professionnels… Tout public)

 

Sur Facebook, j ’ai trouvé un homonyme assez pertinent pour présenter le Président de la FFE qui passe son temps à interdire et à « racketter » les sports équestres.

 

6a. TVA & Centres équestres (-/+)

par Adeline Cancre  (Professionnels… Tout public)

 

Si je ne suis pas une experte du dossier TVA, j’écoute et d’autant mieux que mes pensées de 2012 se concrétisent. On me demande souvent conseil :

- « A la réunion …. on nous a dit que tous les centres équestres pouvaient appliquer le ratio 2/3 à 5 % et 1/3 à 20 % ». Puis dans une autre région, c’est 50 – 50 !
- « Franchement, cela serait étonnant puisque le ratio est à calculer en fonction de la valeur des installations sportives de l’établissement et de ses investissements sur plusieurs années. D’après l’écho de grandes structures, il faut :
1. Déclarer les installations sportives, je crois, auprès du ministère de la Ville, de la Jeunesse et du Sport ;
2. Calculer le ratio entre la valeur des installations sportives, les investissements…
3. Valider les conditions auprès des services fiscaux comme le font certaines grandes structures pour éviter tout futur redressement.
 

Cependant, beaucoup de « petits » clubs préfèrent augmenter la TVA et perdent peu de client. Bien-sûr, ces témoignages concernent des établissements bien tenus, dynamiques, aux cours structurés.

Par ailleurs, comme je disais dans la newsletter de janvier, un bon nombre de structures en développement ont préféré réduire la voile devant la difficulté à trouver de véritables enseignants et l’augmentation constante des charges. Ils ont fait véritablement le choix de la qualité, les vases sont communicants : les emmerdes régressent et les marges augmentent !

 

Je parlais d’une fonte probable de 100 000 licenciés, la FFE a pris les devant et « rackette » toujours plus large, cliquez ICI
Pétition à signer : http://tapetition.fr/11/

 

Supercherie qui a commencé trois années auparavant, lorsque chaque compte engageur devait déjà posséder une licence.

 

Je suis pour la licence pour tous, mais pour la joie de participer à un noble engagement et non à la « Serge Le Compte » !
 

 

6b. Redressement TVA sur les engagements ! (-/+)

par Adeline Cancre  (Professionnels… Tout public)

 

Les organisateurs de concours se font redresser de 20 % sur les engagements des 3 dernières années. J’espère qu’ils auront vu le coup venir…

 

 

6c. Prélèvement ou Partage et consommation ? (--)

par Adeline Cancre et Hubert Tassin  (Professionnels… Tout public)

 

Où vont mener les politiques de France Galop et de la FFE ? 

 

Si je n’ai pas besoin de vous raconter ce que vous supportez dans les sports équestres, voici un aperçu au sujet de France Galop, cliquez ICI

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/Grain_de_Sel_60.pdf

 

 

6d. TOP 10 de la FFE ! (--)

par Adeline Cancre  (Professionnels… Tout public)

 

Nous avons tous l’image de TOP 10 en tête….

 

Voici le dernier bébé de la FFE, il se déroule sur des épreuves à 1m 05. Les dix « sans faute » les plus rapides du 1er tour s’affrontent au barrage, vous imaginez dans quelles dispositions !

 

On aurait pu se réjouir d’un « Temps optimum » qui aurait remplacé le barème A chrono, ben c’est raté ! Vive le horse-ball ou le pony-games enseignés par des pros pour faire des juniors en CSO, car vous imaginez bien que participer à un TOP 10 pour sembler être grand, c’est trop génial à Lamotte-Beuvron, mais assez loin des qualités que requiert l’international !

 

 

7. Aides pédagogiques (-/+) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Aide pédagogique : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Aide_pedagogique

 

A installer chez le débutant à l’occasion des 1ers cours, le contrôle de fondamentaux qui feront toujours la différence en dynamique :

- 2 à 3 cours particuliers (1/2 h) : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1#livre3

- 6 cours collectifs (1 h) : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Ensemble/Ecole_du_debutant_gratuit

 

 

Pour le cavalier en recherche de perfectionnement dans l’intention de situer l’origine des problématiques : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1

 

 

 

7a. Oui mais si ! (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Les élèves qui répondent « oui mais si » sont assommants. Dernièrement, on me disait d’argumenter le sujet. Puis, en observant de bons cours parisiens, j’ai entendu : « Oui mais si c’est non ». J’ai souri et je suis partie enthousiaste.

 

 

8. Courses & Emotions (++)

par JDG & Youtube – Equidia  (Tout public)

 

Prix du Cornulier 2014 et 2015 pour Roxane Griff à 9 et 10 ans, cliquez ICI

Son entraîneur, Sébastien Guarato, cliquez ICI

Son jockey, Eric Raffin, cliquez ICI  

 

 

Le Grand-Prix de Pau, doublé pour la casaque Papot,  cliquez ICI

Guy Cherel, entraîneur heureux, cliquez ICI

 

 

Prix d’Amérique 2015 pour Jean-Michel Bazire et Up and Quick, cliquez ICI
Ovation, cliquez ICI
Podium, cliquez ICI
Champagne, cliquez ICI

 

 

9. Priorité d’ajustement pour 2017 (++++)

par Adeline Cancre (Professionnels… Tout public)

 

Relire les 14 épisodes.

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Elections_FFE_2016

 

Donc, première quinzaine de février, chaque CE labellisé par "La relation cheval cavalier" va recevoir par courriel mon avant-projet de programme aux Elections FFE. Direction ou président, vous devrez voter favorable ou défavorable aux futures réunions départementales. Je vous remercie d'y répondre rapidement. Cordialement, Adeline Cancre.

Le programme sera dévoilé en juin à l'annonce des résultats, date de la fin mon 3ème Tour de France. J'aurais visité plus de 1000 établissements en France.

 

L’indispensable Réseau des Sages expliqué par les 4 règles de la sociocratie  http://www.questions-de-management.com/sociocratie-les-nuls/

 


10. Recommandés par LRCC (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 

Stages recommandés LRCC (avec cheval et exceptionnellement sans)

Choisissez un référent de qualité et rencontrez-le régulièrement, cliquez ICI

 

Stages recommandés LRCC (sans cheval)

AC : Voici une sélection d’établissements équestres où j’ai observé l’enseignement, cliquez ICI

 

 

Rappelez-vous toujours que de tenir à cheval est (très… trop) facile, mais que la pratique de

l’équitation est une démarche d’écoute, d’ajustements de position et de répétitions JUSTES

(comme dans toute démarche d’apprentissage) à organiser auprès de personnes compétentes. Ce sont les raisons pour lesquelles il est important de choisir un centre équestre ou/et ses enseignants, en considérant une somme de critères, qui vous feront progresser grâce aux préliminaires de contrôle d’une position neutre (la condition obligatoire pour découvrir la véritable indépendance des aides). Leurs explications et les exercices seront simples (ce qui permet de comprendre le cheminement), structurants et adaptés à votre niveau. Mais les répétitions pour l’ajustement de LA position sont déterminantes comme valeur pédagogique de progression et de satisfaction. Cela pourrait sembler une perte de temps, mais elle est INCONTOURNABLE…

 

 

Formations et formateurs BPJEPS recommandées LRCC

Le tuteur fait l’enseignant, cliquez ICI

 

 

Formations « Cavaliers pros »  recommandées LRCC

cliquez ici

 

 

Chevaux et poneys à vendre

C’est l’Homme qui fait le Cheval donc, si vous cherchez un cheval ou un poney à acheter, il semble profitable de contacter directement les valorisateurs de chevaux et poneys recommandés par LRCC. Ces hommes et femmes sont sympas, pas forcement de véritables commerçants, mais des travailleurs qui savent de quoi ils parlent, c’est l’essentiel lorsque l’on souhaite investir, cliquez ICI pour les découvrir.

 

 

 

11. Les “TOP” FFE (++)

par FFE (Tout public)

 

- DECEMBRE 2014

Il est vrai qu'en 2012, la FFE était fortement décriée à ce sujet, elle a su réagir :

 

Des études intéressantes

 

- OCTOBRE 2014
Le « Temps optimum » est validé, merci mon Dieu ! Est-ce que les directives seront obligatoires ? C’est préférable si le barème est retenu aux championnats de Lamotte-Beuvron…

 

- JUILLET 2014
A la suite des meetings de Lamotte-Beuvron qui ont eu lieu ce mois de juillet, un article a officialisé le changement des barèmes pour 2015. La FFE n’aurait pas pu faire un plus joli cadeau à ses licenciés pour fêter le 20ème anniversaire du Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron. Certains professionnels, les plus expérimentés, l’attendaient depuis 19 ans et la majorité a eu gain de cause. Bravo à tous, vous avez été entendus.

 

- JUIN 2014
 

- « Année 2014
L’enjeu de l’année en cours est la définition d’un nouveau contrat d’objectif, qui devra préciser les missions clés de l’ifce, en tant qu’institut technique, définir sa dimension territoriale et refonder un équilibre économique de l’établissement. Les premiers enjeux sont la structuration et le développement de la formation, l’innovation pédagogique, l’intégration de l’établissement dans la logique du grand INSEP et la prise en compte du parcours d’excellence sportive de la FFE. La recherche doit poursuivre son travail au profit du cavalier et de la relation homme/cheval et mettre en place une méthode pour favoriser une offre dans les domaines économique et social. Enfin, dans le cadre d’une ordonnance qui sera prise en application de la loi d’avenir agricole, le développement d’une nouvelle mission de contrôle sanitaire et de l’identification des animaux est en cours. ».

http://www.ifce.fr/parution-du-rapport-dactivite-2013-de-linstitut-francais-du-cheval-et-de-lequitation/

 

AC : L’ifce valide la philosophie de l’association La relation cheval cavalier, j’ai hâte de suivre les résultats.

 

 

 

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

par FFE (Tout public)

 

- FEDERATIVES de BORDEAUX

Cliquer ICI pour lire le compte rendu des Tables rondes. Que de temps perdu depuis mon compte-rendu des 6ers mois de mon 1er tour de France. Article présenté et refusé en juin 2012 par le Magazine Grand-Prix. Période où il revendiquait pourtant les déviances fédérales, cliquez ICI

 

 

- DES PHOTOS MAL CHOISIES 

Position de jambe au pas qui fait « essuie-glaces » au trot et au galop !

 

- Prendre sur l’impulsion avec le regard au sol…

 

- Galop 4 & Permis cheval

 

 

Présidente de la FFE, ce schéma de « Rantanplan aux chaussettes blanches »  passe au Galop 2. D’ailleurs, plutôt sous cette forme, cliquez ici
Chaque jour, on me remercie pour cette aide pédagogique. Elle démontre la simplicité d’installer le couloir des rênes dès le G1 et je n’aurai de cesse de poursuivre cette démonstration lors des réunions départementales à partir de la rentrée 2015. Cette « modernité » de l’enseignement par « accord du corps en équilibre » fera le succès des Galops, car la méthodologie fédérale du G1 au G4 ne fonctionne pas. Je peux l’affirmer par déjà plus de 750 clubs visités. D’ailleurs, la reconduction et fidélisation des essais par le produit FFE « équitation pour tous » ne marche pas. Le produit aurait pu être une bonne idée, sauf que ceux qui ont une bonne méthodologie du débutant n’en ont pas besoin et les autres ne démontrent pas les capacités « à satisfaire »…

Le Permis Cheval est une excellente idée. Présidente, le Galop 2 décernera le Permis Poney obtenu par l’aval d’une expertise extérieure grâce au contrôle de l’ « accord du corps en équilibre ». Ces modifications des plus simples sont indispensables pour placer l’équitation dans les rangs avec les autres sports, il faut juste aider les clubs à découvrir leur intérêts pédagogiques et économiques…

 

- Les Guides Galop

En 2014, la FFE montre des signes positifs à ordonner le changement, mais rappelons-nous que le prochain président devra ordonner et contracter cette production onéreuse, si la décision n’avait pas encore été prise :

 

- Critique Guide GALOP 1 : cliquez ici

- Critique Guide GALOP 2, cliquez ici

- Critique Guide GALOP 3, cliquez ici

Partie technique, cliquez ici

 

 

 

- « Fédératives interrégionales publié le 04/03/2014 | 15h15

« Pour mieux informer les dirigeants de clubs en région sur l’actualité concernant l’équitation, la Fédération Française d’Equitation organise une série de réunions sous la forme de « Fédératives interrégionales ». 

Serge Lecomte, Président de la FFE, sera à votre disposition pour échanger sur tout ce qui concerne la vie fédérale et les différentes initiatives de la Fédération.

Sophie Dubourg, Directrice Technique Nationale, Frédéric Bouix, Délégué Général, et les équipes de la Fédération, aborderont les principaux sujets du sport et de la formation, de la TVA et des projets de développement.
De notre faculté à échanger dépend notre capacité à innover et à donner une image positive de nos activités.

La première réunion aura lieu le lundi 24 mars 2014 à Toulouse, avec le Comité Régional d’Equitation de Midi-Pyrénées. D’autres rendez vous sont déjà programmés le lundi 14 avril en Pays de la Loire (Angers) et le lundi 5 mai en Bourgogne (Pouilly en Auxois). »

 

 

20/05/14 : Il semblerait que les fédératives n’aient pas déplacé les foules, que les réponses aux questions pertinentes aient une nouvelle fois été évitées, que des propositions aient été encore réalisées (mais toujours en fuyant la présentation d’un cadre économiquement sain) et qu’une opération de séduction à Lamotte-Beuvron s’organise autour des constructions Lecomte.

 

 

 

13. Les « FLOP » FFE (--)

par FFE (Tout public)


DECEMBRE 2014

Statistiques sur l'enseignement équestre en France dans une des meilleures régions de France, cliquez ICI

 

- JUILLET 2014
Une politique des centres équestres au bord de l’implosion :

Evolution des licences, cliquez ici
Evolution des clubs/régions, cliquez ici
 

 

- JUIN 2014

On m’a assuré que Pascal Marry a profité de l’arrivée des 7 Galops pour initier le changement du « compagnonnage » en regroupement au sein des formations d’enseignants c’est à dire en 1996.

Le BPJEPS, c’est seulement 2004 et le changement du contenu pédagogique des cours débutants : la demande d’autonomie du couple cheval/cavalier sans équilibre de ce dernier et le début du phrasé niais aux jeunes enfants !

Méthode qui, dans le meilleur des cas, multiplie par trois le temps à trouver la véritable autonomie. Question posée à une cousinade :

- « Pourquoi faut-il monter si longtemps dans un manège pour savoir monter à cheval ? » 
- « C’est mon combat d’enfant de la balle et certainement la raison principale de la dévalorisation totale de la filière cheval en 2014. » : cliquez ici

 

- FEVRIER 2014
La REF : Lire pages 6 à 8 ; 15 ; 18 – 19 …cliquez iCi


- SEPTEMBRE 2012
Critique Plan FFE de Formation du Cavalier 2012 : cliquez iCi

 

 

 

 

14. L’ « inconnu » FFE

par des personnes bien introduites dans les milieux équestre ou sportif (Tout public)

 

Episode à rebondissements !

 

SEPTEMBRE 2014

« Il vous fait dire que l’actuel président se représentera aux prochaines élections. »
 

JUIN 2014

Echange par courriel au sujet de ma probable candidature aux élections FFE :
- « C'est un très beau challenge. Petite info discrète svp, l'actuel Président ne se représentera pas. ».
AC : C'est ce qu'il dit en effet, ce que je ne crois pas vraiment, et le remplaçant aurait les mêmes intérêts... A suivre !  
- «  Je peux vous assurer qu'il ne se représentera pas, je ne peux malheureusement pas en dire plus sans compromettre mes informateurs, ce que je ne ferais pas car ils me font confiance mais vous allez vite comprendre pourquoi il ne pourra pas se représenter. »
AC : Très bien, mais le successeur envisagé est un personnage du même style donc, en effet génial challenge ! Merci.

 

 

AVRIL 2014
Trois personnes m’ont déjà rapporté que Serge Lecomte ne se représenterait plus à la présidence de la FFE contre une : « Cela m’étonnerait ».

 

 

15. Les scandales FFE (----)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

- Depuis plus de 40 ans, un junior se surclassait temporairement pour se confronter à ses aînés tout en préservant son cheval. En 2014, l’exception a cessé et si un jeune se surclasse une fois, c'est un pro !

Résumons, chaque week-end :
. 80 % des poneys sont surclassés pour aller au casse-pipe à cause d’animateurs sans expérience de la compétition ;
. Les ex-pro battent les amateurs grâce à une licence amateur ;
. Les 10 meilleurs cavaliers « entre poney et cheval » doivent acquérir une licence pro pour se confronter aux pros.
C’est délirant ! Comment des athlètes de haut niveau ont pu cautionner ce changement ? Haut niveau que vous avez pu atteindre grâce à cette exception internationale.

 

- Depuis 3 ans, il y avait certainement mieux à faire pour limiter la perte de licenciés

http://tapetition.fr/11/

 

- Déjà 20 mois d’échanges,

plus de 700 établissements et évènements équestres audités,

 la FFE remplit-elle bien ses objectif et missions comme définis dans son statut associatif ?
cliquez iCi .

 


16. A l’origine de l’équifun ?  (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

L’équifun a été inventé par Marie-Ange Merrier. C’est dommage que la FFE n’attribue aucune reconnaissance aux personnes qui agissent pour l’intérêt économique de la filière,

 

 

 

 

 

17. FLOP… TOP… (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

FLOP 

Que n’ai-je pas entendu sur la formation BPJEPS de Jardy ? Je retiens le meilleur : « Il faut se rapprocher des verticaux et se reculer des oxers ». Bien sûr, les distances vont avec !

 

TOP 

Guillaume Batillat est de retour en France à Chantilly. Après une expérience de 3 années chez Bruno Rocuet, il est passé par les écuries de Christian Ahlmann, Jos Lanskin et Christophe Ameew. Aujourd’hui, il loue 10 boxes dans la spacieuse écurie Fursan à Gouvieux.

Tél. 06 03 39 75 63 03

 

TOP par JDG

" NOM DE D'LA" APPROUVÉ PAR LE STUD-BOOK SELLE FRANÇAIS

Cela devient de plus en plus rare mais le stud-book selle français approuve parfois des galopeurs pour apporter du sang aux chevaux de sports équestres. L’élève et pensionnaire de Jean-Paul Gallorini nom de d’La (Lost World) a récemment décroché cette distinction. Vingt-neuf concurrents étaient présents le jour des tests et le propre frère de Nickname a obtenu la meilleure note au pas. Il était monté pour l’occasion par Guillaume Caruel.

Alexandrine Berger-Gallorini nous a confié : « Nom de d’La est un cheval qui a un très bon tempérament et un très bon caractère. Il a fait six saillies en 2013 puis il est revenu à l’entraînement, il a recouru à Auteuil puis à Cagnes en décembre 2014, il a été présenté à Bois-le-Roi pour l’approbation au stud book selle français le 13 janvier. Quelques jours plus tard, il était à Moulins à la présentation des étalons. Dans les deux cas, le cheval s’est très bien comporté et il a beaucoup plu. »

 

TOP

J'ai découvert dans le nord un père par Royal Feu x AA avec beaucoup de qualités et un nom significatif : QUIR ROYAL LINIERE

 

18. Nostalgique et triste

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Il fût une époque où la majorité des concours vous couvrait de cadeaux. A Fécamp, on revenait chargé de Bénédictine ; en Bretagne, on revenait épuisé de fêtes à répétition ; à l’Etrier, on revenait couvert de Guerlain ou d’Hermès… à Belloy, on revenait couvert de pied en cape grâce à Simone Chabrol.
Simone s’est éteinte la veille de Noël, je suis triste. Je me souviens encore : « La meilleure cavalière gagne un manteau de fourrure, c’est ta taille ». Je l’ai gagné et même si je ne l’ai jamais porté, il m’a suivi dans tous mes déménagements ! Jérôme, Eric, Jonathan que je connais plus particulièrement, je vous embrasse et pense fort à vous.

 

 

Si vous avez apprécié la lecture de cette newsletter, pensez à la transmettre à vos amis.
Si vous n’appréciez pas… le droit de réponse est  encouragé car la critique montre l’intérêt
et produit les solutions comme le consensus.
 

L’association LRCC remercie sa sympathique correctrice bénévole, Jocelyne.

 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées, cliquez ICI

 

 



La relation cheval cavalier